Archive annuelle 2017

ParLagardère

Bulletin d’automne 2017

Le 20 septembre 2017

Chers cousins, chères cousines,

Comme à l’accoutumée, nous vous présentons le dernier bulletin de l’année, comportant le compte-rendu de notre assemblée générale du mois d’août et les dernières nouvelles de l’Association.

Lire la suite

ParLagardère

Les Cartes

Naissances au nom de LAGARDERE par département, de 1916 à 1990
(total = 1644)

De 1916 à 1990, les naissances au nom de LAGARDERE restent concentrées dans le sud-ouest (Gironde, Landes), mais s’étendent progressivement à davantage de départements.
La région parisienne, correspondait à 4% des naissances de 1916 à 1941.
Elle correspond à plus de 8 % de 1966 à 1990.

  • Gironde 556
  • Landes 298
  • Lot et Garonne 273
  • Région parisienne 92
  • Pyrénées Atlantiques 86
  • Gers 84
  • Var 29
  • Dordogne 25
  • Hautes pyrénées 21
  • Haute Garonne 20
  • (autres départements : < 12 / dept)

 

 

Naissances de 1916 à 1940 Total = 520

Naissances de 1941 à 1965 Total = 623

 

Naissances de 1966 à 1990 Total = 501

ParLagardère

Géographie

Les lieux appelés LAGARDERE

1 – Selon les références de l’Institut Géographique National :

Dans le Gers on trouve, outre la commune et son château :

  • un « bois de Lagardère » dans la commune de Bétous, au sud ouest d’Aignan (au XVIII° siècle il y avait une maison indiquée « Laouardère » sur les cartes,
  • un domaine de Lagardère dans la commune de Montégut, près d’Auch,
  • une maison appelée Lagardère dans la comune de Laveraët, au nord est de Marciac, mais au XVIII° siècle, elle s’appelait « Berdoulat ».
  • une maison appelée Lagardère dans la commune de Sarragachies, à la limite sud-ouest du département, mais au XVIII° siècle elle était appelée La Pigna

Dans les Landes

  • les ruines d’une maison dans la commune de Pissos, sur la route de Biscarosse
  • une maison dans la commune de Donzacq
  • un bois de Lagardère, dans la commune de Geloux

En Gironde

  • un hameau dans la commune de Bazas, à l’ouest, sur la route de Préchac,
  • une maison dans la commune de Cours les bains

Dans le Lot et Garonne

  • un hameau de Lagardère dans la commune de Caumont sur Garonne

Enfin dans les Hautes-Pyrénées, le pic de Lagardére, fait la frontière avec l’Espagne…
(à partir du nom du résistant Francis Lagardère)

2 – Selon les Archives départementales du Gers :

  • Lieux-dits des communes actuelles de Betous, Labrihe, Marguestau, Mauroux, Montégut, Sempesserre.
    on trouve la variante Lagouardère à Blaziert, Cravencères, Fustérouau, Panjas, Roquelaure.
  • Sous l’Ancien Régime, il y avait, dans les pays d’Armagnac trois communautés (paroisses) de ce nom : la commune actuelle de Lagardère, Lagardère-Saint-Mont, absorbé par Labarthète, et Lagardère-Betous, qui n’est plus qu’un nom de bois dans la commune de Betous.
  • Les familles LAGARDERE ont pu tirer leur nom de ces localités, mais ont aussi pu être à l’origine de leurs noms. Ainsi à Sarragachies, et à Lavéraët, les lieux-dits actuels Lagardère portaient d’autres noms au XVIII° siècle.
ParLagardère

Le Bossu

C’est le roman « LE BOSSU », de Paul Féval, qui a rendu célèbre en France, le nom de son héros, Henri de Lagardère, courageux, généreux, astucieux et magnifique. Il a été publié en 1857, d’abord en feuilletons dans le journal « Le Siècle » d’Emile de Girardin, et obtint aussitôt un succès considérable.

  • Le roman raconte la lutte d’Henri de Lagardère, chevalier pauvre et sans appui, contre le prince de Gonzague, riche et puissant seigneur, cousin du futur Régent. N’ayant pu éviter l’assassinat du duc Philippe de Nevers par la prince de Gonzague, dans les fossés du château de Caylus, Lagardère a recueilli en secret son enfant, la jeune Aurore.
  • Dénoncé par Gonzague comme étant l’assassin du duc, Lagardère gagne l’Espagne où, durant dix-sept années, il s’oppose aux desseins du prince de Gonzague. Il utilise la « botte de Nevers », terrible passe que lui a enseignée le duc de Nevers avant de mourir, pour frapper les spadassins envoyés pour tuer l’enfant.
  • Aurore constitue en effet l’ultime obstacle empêchant Gonzague, époux de la veuve de Nevers, de disposer de la fortune du duc. A l’âge de vingt et un ans, Aurore est ramenée à Paris par Lagardère qui, ayant juré à Philippe de Nevers mourant de le venger, mène, déguisé en bossu, son enquête à l’hôtel de Gonzague.
  • Lorsqu’il découvre l’identité du meurtrier du duc, le bossu redevient Lagardère, force le prince de Gonzague à se démasquer sous les yeux du Régent et le tue en duel.
    Aurore, retrouvant sa mère et sa fortune épouse son protecteur élevé au titre de comte de Lagardère par le Régent.

Le Bossu, au-delà d’un simple roman de cape et d’épée, présente une violente satire tant de la Régence que de l’époque contemporaine de l’auteur. Tout en stigmatisant le système de Law) révélateur de la déchéance de la noblesse au XVIIIe siècle, Féval dénonce avec un humour mordant l’agiotage faisant fureur sous la Monarchie de Juillet et lors des premières années du Second Empire.

C’est toutefois à son intrigue purement fictionnelle, parfaite illustration de ce que représentait l’attente d’un public populaire, que Le Bossu dut son extraordinaire succès que les années n’ont pas entamé.

 

 

 

Paul Féval 1816-1887

Il est né le 30 septembre 1816 à Rennes.
Son père, royaliste et chrétien, originaire de Troyes appartient à la petite magistrature, il est conseiller à la Cour de la ville.
Sa mère, Jeanne-Joséphine-Renée Le Baron, est bretonne de la région de Redon.
La famille est nombreuse (cinq enfants) et les revenus insuffisants.
Son père meurt en 1827. À l’âge de 10 ans, il est interne au collège royal.
Durant ces années d’enfance, il séjourne à plusieurs reprises à Cournon en Redon, chez son oncle, le marquis de Careil.

  • Ayant obtenu son bac en 1833, il oriente ses études vers le droit, il passe sa licence de droit et devient avocat en 1836, mais abandonne rapidement cette profession, après une malheureuse plaidoirie. Au mois d’août 1837, il s’installe à Paris comme commis chez un oncle banquier, mais le monde de la banque et du commerce ne lui convient pas, car son oncle le chasse parce qu’il ne travaille pas. Il songe à la littérature, tout en exerçant de petits métiers qui assurent mal sa subsistance. Ses premiers écrits sont refusés par les éditeurs.
  • Des recommandations l’introduisent dans les milieux catholiques et royalistes, le Club des phoques est le premier texte publié en 1841 dans La Revue de Paris. Son talent est remarqué par des éditeurs de journaux tels La Législature et le Courrier français. Anténor Joly, directeur de L’Époque, lui passe commande d’un texte de même inspiration et de facture similaire aux Mystères de Paris d’Eugène Sue. Le projet original devait être une traduction des Mystères de Londres, mais le résultat n’étant pas publiable en l’état, Paul Féval doit procéder à une réécriture intégrale. La publication commence en 1843 sous le pseudonyme de Sir Francis Trolopp, le succès populaire est immédiat il y a vingt rééditions, la renommée de l’auteur est faite.
  • La carrière littéraire est engagée, suivent d’autres romans-feuilletons : Le Capitaine Spartacus, Les Chevaliers du Firmament, Le Loup Blanc.
    Féval qui est un conservateur ressent durement la Révolution française de 1848 : par ses écrits, n’a-t-il pas contribué à réveiller la conscience politique du peuple, et initié un mouvement qu’il réprouve.
    Il décide donc de réorienter sa production dans une direction plus neutre, et poursuit ses publications. 1857 est l’année où sort Le Bossu, roman auquel on l’associe encore de nos jours.
  • En 1854 il épouse la fille de son médecin, Marie Pénoyée, ils eurent huit enfants.
  • En 1863, il rencontre son homologue britannique Charles Dickens, avec lequel il noue des liens d’amitié.
  • En 1870, au moment de la défaite et de la Commune de Paris, il quitte Paris pour revenir à Rennes, quelques temps.
  • En 1876, Il renoue ostensiblement avec la foi catholique, après un deuxième échec à l’Académie française et des problèmes financiers dus à une popularité émoussée.
  • Féval s’est essayé à la plupart des types de roman : le roman de cape et d’épée avec Le Bossu, Le cavalier Fortune, Le Capitaine fantôme, le mystère de la ville avec les Mystères de Londres, les récits bretons La Belle étoile, La Première aventure de Corentin Quimper, le fantastique avec La Vampire, Le Chevalier Ténèbre. Il s’est aussi essayé au théâtre et même à l’histoire politique et judiciaire.
  • Se revendiquant breton, il utilisa abondamment les thèmes de la Chouannerie et des luttes politiques précédant l’annexion de la Bretagne.
  • Il a été un écrivain très prolifique, car son œuvre comprend plus de 200 volumes.
    Au début des années 1880, il est sujet à des crises d’hémiplégie et il est recueilli par les frères Saint Jean de Dieu, à Paris. Quasi-oublié dans ces dernières années, il va les consacrer à remanier son œuvre dans un sens plus conforme à la morale catholique. Il meurt le 8 mars 1887. (d’après Wikipedia)

Paul Féval fils (1860-1933)

  • Le fils a su en particulier exploiter les personnages de ses aînés pour leur faire vivre de nouvelles aventures : on lui doit ainsi la suite des aventures du Bossu : La jeunesse du Bossu (1934), Cocardasse et Passepoil (1909), Les Chevauchées de Lagardère (1909), Le Fils de Lagardère (1893, avec A. d’Orsay), Les Jumeaux de Nevers (1895, avec A. d’Orsay), Mademoiselle de Lagardère (1929), La petite fille du Bossu (1931). Il transforme ainsi en dynastie le nom de Pardaillan, en même temps qu’il tente de fonder une dynastie de plume.
  • Il s’est également inspiré de son père en écrivant Les bandits de Londres, qui n’est pas sans rappeler Les Mystères de Londres. Enfin, Féval fils a su exploiter l’autre veine à succès de son père, celle de la veine fantastique et vampirique, avec des romans comme Les vampires de la mer (1929), ou Le réveil d’Atlantide (avec H.-J. Magog, en 1923), mais ici, suivant l’air du temps, il modernise le fantastique, lui fait perdre la coloration gothique qu’il avait chez son père, pour le confronter à la science et au positivisme, ce qui fait de lui, de l’avis général, l’un des précurseurs de la science-fiction à la française.
    On lui doit ainsi la rencontre improbable de Cyrano et de d’Artagnan, dans d’Artagnan contre Cyrano (4 volumes, 1925) suivi de d’Artagnan et Cyrano réconciliés (3 volumes, 1928). Il a enfin publié Le fils de d’Artagnan (1914)et La vieillesse d’Athos (1930), ces deux dernières oeuvres n’étant que lointainement rattachées aux intrigues de la trilogie des Mousquetaires.
  • Plus généralement, Paul Féval fils a proposé une oeuvre de fantaisie, destinée plus volontiers à la jeunesse et sans grande prétention, qui emprunte à plaisir aux conventions romanesques de l’époque.

Films

  • 1913 Le Bossu (André Heuzé)
  • 1925 Le Bossu (Jean et H.Kemm)
  • 1934 Le Bossu (R.Sti)
  • 1944 Le Bossu (Jean Delannoy)
  • 1952 Le Fils de Lagardère (F.Cerchio)
  • 1955 Le serment de Lagardère (L.K.)
  • 1959 Le Bossu (André Hunebelle)
  • 1967 Lagardère, Le Bossu (2 épis.) (JP Decourt)
  • 1998 Le Bossu (Philippe de Broca)

 

 

 

 

 

Paul Féval s’est-il inspiré de l’Histoire pour développer son imagination ?

  • Il n’y en a pas d’indice, mais il situe l’intrigue dès les premières lignes au coeur pyrénéen de la Gascogne, dans la vallée du Louron et les impressionantes gorges de Clarabide (Hautes Pyrénées).
    Le château de Caylus serait une transposition du château de Génos (en ruines), dans la même vallée.
  • Curieusement Henri de Lagardère lui-même, au nom gascon, est d’origine mystérieuse.
  • Il est appelé « le petit parisien », mais il y a bien des Lagardère, avant et après lui,  qui sont « montés à Paris ». Il y a même un prestigieux chef d’entreprise multinationale actuel.
    L’exemple de notre héros fougueux, entreprenant et avisé est bien digne de susciter l’enthousiasme, en particulier de ceux qui portent son nom…

ParLagardère

Assemblée Générale de 2017

L’assemblée générale de l’association Lagardère s’est tenue le 13 août 2017 à 12h dans la salle des fêtes de Lagardère en présence de 38 adhérents  sous la présidence de Claude Lagardère ; 10 pouvoirs avaient été adressés.

Lire la suite

ParLagardère

La difficile ascension des comtes d’Armagnac

Le comté d’Armagnac : A l’origine c’est le sud ouest du Gers autour de Nogaro, Aignan et Riscle. Il apparaît à l’époque carolingienne, mais doit correspondre à l’attribution d’un domaine à un Franc ou un Wisigoth nommé Hermann (Arminius, Armand). Il est attribué à un cadet des ducs de Gascogne, prénommé Bernard, et du Xème siècle au XIIIème, les comtes se sont appelés alternativement Bernard (Ours fort) et Géraud (Gérard : lance forte).

Lire la suite

ParLagardère

Seigneurs de LAGARDERE (1578-1791)

Pendant 3 siècles (1270-1578), les seigneurs de Lagardère ont été des personnages de l’Eglise : abbé, puis évêque de Condom, puis son chapitre. Comme dans d’autres châteaux dépendant de l’archevêque d’Auch (Lamaguère), on peut penser que le château était confié à un capitaine qui a pu s’intituler « seigneur de Lagardère », à la tête de sa garnison. Mais il y a eu également des « seigneurs de Lagardère » dans le petit village (aujourd’hui disparu, sans reste ni souvenir de château) de Lagardère-Saint Mont, fondu actuellement dans la commune de Labarthète (près de Riscle, à l’extrême ouest du département du Gers). En 1578, le château de Lagardère passe à des nobles seigneurs laïcs, jusqu’à sa vente en 1791 à un riche habitant du village.

Lire la suite

ParLagardère

Les guerres de religion, autour de Lagardère

Le château de Lagardère, fondé au XIIIéme siècle, et dépendant des évêques et du chapitre de Condom, a surtout eu, au cours de la guerre de cent ans, un rôle de refuge et de défense du pays environnant vis-à-vis des bandes armées et des brigands qui sillonnaient la campagne. A la fin du XVéme siècle, le calme est revenu, mais dès la première moitié du XVIéme siècle, avec l’épanouissement de la Renaissance, s’annoncent tout une série de guerres civiles meurtrières qu’on nommera guerres de religion.

Lire la suite

ParLagardère

GERAUD V

Géraud V, qui est à l’origine du château de Lagardère, est un homme du XIIIème siècle, l’époque de Saint Louis, des dernières croisades, après la fin de la guerre des Albigeois. Alors que le roi d’Angleterre tente de reprendre en mains son fief français de Gascogne (on va bientôt parler de Guyenne) et que la royauté française s’installe à Toulouse avec l’intention d’affirmer son contrôle sur la région.

Lire la suite