Assemblée Générale de 2002

Assemblée Générale de 2002

Déjà dix ans…

Eh oui, nous avons fêté cette année les dix ans de l’Association Lagardère. Lorsqu’en 1992, tous les Lagardère reçurent un courrier de J.J. Lagardère de Pau leur proposant de créer une association pour acheter et restaurer un château dans le Gers, nombreux sont ceux qui prirent cela pour une gasconnade (d’un Béarnais). Maintenant, nous le remercions tous de nous avoir entraînés dans cette belle aventure. Dix ans après, notre association se porte bien et beaucoup de choses ont été faites. Certains nous ont quittés, d’autres nous ont rejoint. Nous ne pouvons que souhaiter que cela continue, le plus longtemps possible.

Dix ans déjà… oui, si l’on considère ce qui a été fait; mais dix ans seulement, si l’on considère tout ce qui reste à faire…
Nous avons fêté cette année le dixième anniversaire de l’association, mais cette assemblée générale était la onzième puisque la première avait eu lieu en 1992 à Gondrin. Le 12 août, ce sont 70 membres de l’association, qui se sont retrouvés au château, soit plus que les années précédentes, sans atteindre, malheureusement, les chiffres des toutes premières années.
Les travaux bien avancés ont fait l’admiration de tout le monde. Ceux qui l’ont souhaité ont pu assister à la messe, animée par la chorale de Valence sur Baïse.
Sur l’invitation du secrétaire, Jean Jacques, certains propriétaires de voitures anciennes s’étaient joints à nous et ont exposé leurs véhicules devant le château, pendant deux heures, et à l’Auberge Gourmande ensuite.
A la sortie de la messe, Monsieur le Curé, sur la demande du Président, a accepté de bénir le château et quelques membres ont assisté à cette bénédiction.
A 12 heures 30, nous nous sommes rendus à l’auberge gourmande, à Toumieu, pour l’Assemblée Générale proprement dite. Comme tous les ans, elle avait été précédée de la réunion du Bureau, la veille, chez Claude LAGARDERE à Pléhaut, où la majorité des membres étaient présents.
Il y a eu, comme d’habitude, vente de vins et de divers objets, à la boutique ouverte jusqu’au repas.
Bien qu’évoquées régulièrement dans les divers bulletins au cours de l’année écoulée, nous avons commencé par retracer les diverses activités. Ensuite, Francis nous a présenté le rapport financier, suivi du renouvellement des membres du bureau, des questions diverses, et de la vente aux enchères.

Activités depuis la dernière assemblée générale

  • Repas des Parisiens : 17 convives se sont réunis le 12 janvier 2002, à la brasserie « l’Européen », Paris 12ème, dans une ambiance très agréable. Quelques idées d’animation pour ce dixième anniversaire ont été émises et certaines ont pu être concrétisées. Nous vous rappelons que ce repas a lieu en principe le deuxième samedi de janvier et qu’il faut s’inscrire auprès de Claude LAGARDERE. Bien sur, tous les membres sont les bienvenus, parisiens ou non, ainsi que leurs amis.
  • Repas des Girondins : une vingtaine de convives s’est retrouvée au « Relais de Compostelle » à Pessac, autour de deux tables. Nos deux fournisseurs de vin habituels étaient présents et nous avons souhaité la bienvenue à une nouvelle adhérente, amie de notre cousine Annie de Caudéran. Quelques membres de l’association, qui ne peuvent effectuer le déplacement jusqu’au Château, ont profité de cette occasion pour se joindre à nous. A peu près à la même date, l’année prochaine, nous organiserons un autre repas dans la région bordelaise, mais nous vous en reparlerons en temps voulu.
  • Entretien périodique : comme chaque année, une quinzaine d’habitués se sont retrouvés, en mars, juin et août, pour l’entretien des abords du Château. Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés. Pour compléter ce travail des bénévoles, il a été décidé d’avoir recours à une association d’insertion d’Auch, qui viendra sur place avec son propre matériel deux fois par an, et ce pour un coût modique.
  • Travaux de consolidation : en 2001, l’Assemblée Générale avait décidé de lancer une tranche de travaux de l’ordre de 55.000 €, subventionnée à concurrence de 50 % par l’Etat, et de 15 % par la région Midi-Pyrénées. Ces travaux ont été décidés en suivant le projet établi par Monsieur THOUIN, architecte en chef des monuments historiques, et consistent en la pose de tirants destinés à éviter le déversement de la façade Sud, et à la consolidation de la façade Est. Comme ont pu le constater tous les membres présents le 12 août, ces travaux, entrepris à la mi-juillet, sont, à ce jour presque achevés et la réception pourra bientôt être faite. Les tirants ont permis de rapprocher de façon remarquable les deux murs Est et Ouest, et la grande fissure a pratiquement disparu. Nous avons traité avec une entreprise sérieuse et le chantier était très propre.

Les résultats de l’appel d’offre nous ayant été favorables, le montant définitif des travaux, y compris les honoraires de l’architecte et quelques aléas, n’atteindra pas celui décidé l’an dernier et sur lequel les subventions ont été obtenues. Il a donc été proposé à l’Assemblée Générale, et accepté à l’unanimité, de lancer une petite tranche complémentaire de travaux, suivant étude de Monsieur Thouin, afin d’utiliser l’intégralité des subventions.

Bernard, malheureusement absent, nous a adressés sous la forme d’un long poème, un hommage aux Lagardere et au Château, dans le style d’Edmond Rostand. Ce poème a été lu par son frère, Jacques, avant la vente aux enchères et vous en trouverez le texte intégral à la fin de ce bulletin.

Rapport financier

Présenté par Francis, celui-ci est annexé au présent compte-rendu. Il résulte de l’examen des comptes, que notre trésorerie actuelle permettra de verser comme prévu, en janvier ou février 2003, notre part du montant des travaux qui viennent d’être réalisés. Malheureusement, nous serons ensuite démunis, car la caisse sera vide ; il sera hors de question de lancer de nouveaux travaux en 2003 (sauf arrivée imprévue de généreux mécènes). C’est donc en fonction des nouvelles rentrées de fonds de 2003 et 2004 que l’on pourra envisager une nouvelle tranche de travaux, lors de l’assemblée générale de 2004.

On déplore que les cotisations rentrent de façon sporadique. A ce jour, une quarantaine de foyers n’a pas payé 2002, et parmi eux, 6 ont aussi oublié 2001. Ces derniers seront donc considérés démissionnaires au 31 décembre prochain s’ils n’ont pas régularisé leur situation.

Ne seriez-vous pas concernés?

Pour 2003, le montant des cotisations reste inchangé, à savoir :

  • 16 € pour les foyers d’un seul membre;
  • 32 € pour les couples ou familles avec enfant(s);

La participation aux travaux est, par foyer, de :

  • 16 € au minimum;
  • 32 € conseillés; libre et sans limite au-delà.

Renouvellement des membres du bureau

Conformément aux statuts, 3 membres du Conseil d’Administration doivent être renouvelés tous les 2 ans. Il s’agissait cette année de Francis (trésorier), Jean Jacques (secrétaire) et Isabelle (secrétaire adjointe). Tous les 3 ont été candidats à leur propre succession. Aucune autre candidature ne s’étant manifestée, ni avant l’assemblée générale, ni au cours de celle-ci, les 3 membres sortants ont été réélus à l’unanimité.

Questions diverses

  • T. V.A sur les travaux : il semble anormal que l’association supporte la TVA au taux de 19,60 % pour les travaux réalisés au château. Ces derniers sont subventionnés par l’Etat à concurrence de 50 %, mais nous reversons 19,6 % de ces 50 % au même Etat. Ce qui fait qu’on nous donne d’une main ce que l’on nous reprend de l’autre. Aussi, un courrier a été adressé à une Parlementaire paloise, afin qu’elle intervienne dans le cadre des questions au gouvernement à l’Assemblée Nationale afin que cette « anomalie » fiscale soit rectifiée, et que les travaux soient taxés au taux réduit de 5,5 %, voire même, non taxés, purement et simplement, pour les 50 % subventionnés.Vous vous rappelez que l’an dernier, nous avions décidé d’essayer d’obtenir des aides supplémentaires du Conseil Général du Gers, et de Monsieur Jean-Luc LAGARDERE ; nous avions obtenu un rendez-vous avec ce dernier en septembre 2001, annulé au dernier moment, et non re-fixé à ce jour. En ce qui concerne le Conseil Général, nous avons reçu un courrier de son Président qui accepte de nous recevoir, et un rendez-vous doit être fixé dans les prochains jours, en présence du maire du village.
  • Site Internet: http.www.associationlagardere.com
    Jusqu’à l’été dernier, notre site était resté très sommaire. Depuis, grâce à Bernard Lagardère et sa nièce, Claire Moreau, il s’est considérablement étoffé et intégré tous les éléments de l’association (objectifs, fonctionnement, conseil d’administration, modalités d’adhésion, activités diverses), la présentation du village et du château (histoire et architecture), l’étude du nom Lagardère (étymologie, toponymie, répartition géographique) et sur la filmographie du personnage du Bossu.
  • Brochure Qénérale : une brochure a été réalisée par le secrétaire, Jean Jacques d’Ychoux, pour les dix ans de l’association. On y trouve 40 photos couleur, une étude historique et archéologique du château, l’avant projet de restauration, les résultats, à ce jour, des recherches généalogiques de certains membres de l’association et une partie des descendants de Jean Lagardère et Jeanne Duboye, de Cudos, mariés en 1710. Une souscription pour cette brochure a été proposée avec versement d’un acompte de 10 €uros.Depuis, plusieurs devis de d’impression ont été demandés et le tarif définitif sera connu dans les prochains jours. Bien entendu, vous pouvez encore réserver cette brochure en vous adressant au secrétaire, à Ychoux. La brochure sera disponible à partir du mois de novembre, sachant que le prix définitif devrait être d’environ 25 €uros.
  • Maquettes: deux petites maquettes, réalisées en terre cuite, ont été réalisées par Monsieur Morange, ami de Jacques Audiat, membre de l’association depuis l’origine. Elles ont été exposées toute la journée. Malheureusement, nous avons du renoncer à les faire reproduire en matière plastique, le coût de ces reproductions étant prohibitif.
  • Recherches Généalogiques: les recherches sur les descendants du couple Jean Lagardere – Jeanne Duboye, qui se sont unis à Cudos en 1710, se poursuivent toujours. A ce jour, environ 800 descendants ont été retrouvés et actuellement, 7 membres de notre association en font partie. Il en sera certainement trouvé d’autres.
  • Vente aux enchères: pour célébrer nos 10 ans, un appel avait été lancé aux « artistes » de l’association, pour réaliser quelques oeuvres (tableaux, poêmes, etc…) Une huile sur toile, une aquarelle, et un plat en porcelaine, tous représentant le château à différentes époques, ont été exposés dans la salle, puis vendus aux enchères en début de repas, sous le marteau de notre cousin Claude, promu commissaire-priseur pour un jour.
  • Tenue du fichier: pour la bonne tenue du fichier, nous vous demandons de nous indiquer spontanément, toute modification vous concernant (changement d’adresse, décès d’un proche qui était adhèrent, etc..).
  • Journées du patrimoine: privé en 2001 des journées du patrimoine particulièrement appréciées, suite aux évènements du 11 septembre (même si, en ce qui nous concerne, nos deux tours ne risquaient pas grand chose), le public s’est « rattrapé » en 2002. Le château a été ouvert le dimanche 22 septembre, et nous avons eu de nombreux visiteurs, notamment les habitants du village, curieux de voir dans quel état se trouve maintenant le château, après les différentes tranches de travaux. L’un d’entre eux a d’ailleurs pu nous indiquer de façon assez précise, à quel endroit se situe le puits, malheureusement bouché aujourd’hui.

Le Président ne saurait terminer ce bulletin sans remercier toutes celles et tous ceux qui, grâce à leur fidélité et leur soutien, nous permettent d’avancer dans nos projets et de resserrer les liens qui nous unissent.

 

LAGARDERE, le 11 août 2002

Il y a déjà dix ans, un appel vint de Pau
Jean-Jacques, fièrement, levait notre drapeau
Inconscient farfelu, apôtre visionnaire?
Il réveilla en nous une clarté lunaire
Venue du rêve enfoui des enfants que nous sommes
Avec feu et courage, hardiment il nous somme
D’ancrer un ancien songe au réel d’un château
D’oser risquer l’absurde et contrer le veto
Du bon sens, confondu avec l’immobilisme.
C’est vrai que sans un sou, c’est de l’illuminisme!
Et le gascon, dit-on, parle trop, exagère
Après un armagnac qui l’enflamme et suggère,
Des idées de grandeur de noblesse et de sang…
Faut-il pour commencer et des mille et des cents?
Avoir atteint la cible avant de débuter?
Ou devant trop d’écueils se laisser rebuter?

Le château attendait, nobles pierres blessées
Par le temps, et le lierre. Par les hommes laissé
A l’abandon pendant deux siècles. Vieil acteur
De peines et de drames, de gloire et de bonheurs…
Muet et décati, mais toujours haut dressé
Enté sur la colline, ample svelte et racé,
Il jouait, renvoyant la lumière vermeille
Que lui jetait le soir le caressant soleil…
Les autres, sont plus loin, Busca et Mansancome
Restent soumis, liés aux caprices des hommes…

Le nom de Lagardère a l’éclat du tonnerre
Et la douceur chantante et extraordinaire
Des soirées entre amis, simples, sans fioriture
Là où l’on reconstruit la vie et l’aventure.

Il fallut des années pour qu’enfin l’on devînt
Châtelains légitimes, et c’est ainsi qu’on vint
Tous les ans célébrer avec la Saint-Laurent
La fête du château: nous en sommes garants!
Le blessé doit d’abord voir panser ses blessures
Les subventions d’état, Dieu merci, nous rassurent:
Quand il s’agit de pierres encore plus que de chair
Les pansements utiles apparaissent bien chers
Dix ans, c’est un soupir au regard de l’histoire
Mais pour un vieux château c’est déjà la victoire :
La preuve que la vie revient tout doucement
C’est l’espoir, l’avenir, le recommencement.
Enfin, bon an, mal an, nous avons avancé
Quel chemin parcouru! y avez-vous pensé?

Les Lagardère unis autour de leur château
Sont venus des vallées, des plaines, des côteaux
D’univers bien distants, de styles différents
Mais ici, tous ensembles, ils sont un peu parents
Le généalogiste en donnera la preuve
Avec obstination: sa quête est toujours neuve.

L’avenir est ouvert, à nous de le construire,
Il nous faut des idées, du courage, et conduire
Un projet cohérent assurant nos finances
Il faut qu’on nous connaisse, qu’on nous fasse confiance
Qu’un enthousiasme neuf sans rien qui le modère
Fasse flamber bien haut le nom de LAGARDERE

Bernard Lagardère

 

À propos de l’auteur

Lagardère administrator

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.