les personnes

les personnes

La répartition géographique, en France des Lagardère, est très nettement centrée sur la partie nord-ouest de la Gascogne les tableaux chronologiques des naissances en font foi.

Dans les autres régions du « midi », on trouve des Lagarde, Gardères, La Garde, mais non Lagardère qui paraît bien spécifique.

Les migrations du travail (région parisienne en particulier), ou des loisirs et des retraites (Côte d’Azur), expliquent sans doute les implantations hors du sud-ouest.

Naissances au nom de LAGARDERE par département, de 1916 à 1990
(total = 1644)

De 1916 à 1990, les naissances au nom de LAGARDERE restent concentrées dans le sud-ouest (Gironde, Landes), mais s’étendent progressivement à davantage de départements.
La région parisienne, correspondait à 4% des naissances de 1916 à 1941.
Elle correspond à plus de 8 % de 1966 à 1990.

  • Gironde 556
  • Landes 298
  • Lot et Garonne 273
  • Région parisienne 92
  • Pyrénées Atlantiques 86
  • Gers 84
  • Var 29
  • Dordogne 25
  • Hautes pyrénées 21
  • Haute Garonne 20
  • (autres départements : < 12 / dept)
Naissances de 1916 à 1940 Total = 520
Naissances de 1941 à 1965 Total = 623
de 1966 à 1990 total= 501

Certains LAGARDERE sont mieux connus que d’autres.

On peut citer:

M. et Mme Lagardère artistes dramatiques

Au début du XIXème siècle, ils ont eu un certain renom.
En 1824, la « Grande Biographie Dramatique » indique :
– Lagardère– artiste tragique.
A débuté avec beaucoup de succès au Théâtre-Français. Il a commencé par jouer les premiers rôles de la comédie à Amsterdam. Engagé depuis à Bordeaux et à Lyon, il se fit aimer du public dans ces villes.
Cet acteur a de l’âme, de l’intelligence et une instruction étendue. Aujourd’hui en province.
Mme Lagardère– Théâtre-Français.
Jolie brune de 20 à 22 ans, qui débuta aux Français en 1823 avec beaucoup de succès. Il n’y eut qu’une seule voix sur sa figure et son intelligence. Elle reçut des vers, des applaudissements, des couronnes. Admise au Théâtre de la rue Richelieu, elle a contre elle deux ennemis puissants : sa beauté et son talent.

On a peu de renseignements sur ces deux acteurs, sinon les appréciations de quelques critiques dramatiques (voir ces critiques).

Francis Lagardère 

Il est né à Beaumarchés en 1922. C’était un étudiant, pyrénéiste passionné (auquel on doit la première statue de la Vierge au sommet de la Grande Fache). Il est entré dans la résistance et a été fusillé par les Allemands à Lyon le 23 décembre 1943. Il avait 21 ans. Une pointe commémore son nom dans la région du Marcadau. (voir son histoire)

Jean-Luc Lagardère

Il est né en 1928 à Aubiet, à l’est d’Auch, d’une famille originaire de Biran;

« Admirateur de Louis XIV et de De Gaulle, passionné de courses de chevaux et de compétition automobile, champion de tennis, Jean-Luc Lagardère est avant tout un pur produit de la France entrepreneuriale de l’après-guerre : aussi à l’aise dans ses usines que dans les cercles du pouvoir, où il aura toujours ses entrées au plus haut niveau. Né le 10 février 1928 dans un petit village du Gers, il est gascon de la tête aux pieds. S’il aime la bagarre, c’est plus en fonceur avide de victoires qu’en poète. D’Artagnan plutôt que Cyrano. Mais comment freiner un tel concentré d’énergie ? Au sommet de la réussite comme dans les pires moments de son existence, rien n’a jamais entamé le tonus de la locomotive Lagardère » (Philippe Escande, dans « les Echos » du 17 mars 2003) (voir sa biographie, d’après wikipedia)

Mais LAGARDERE, c’est d’abord, pour beaucoup, le nom du héros du roman « LE BOSSU » de Paul Féval

 

 

À propos de l’auteur

Lagardère administrator

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.