Archives de catégorie Non classé

Bulletin d’été 2021

Bordeaux, le 21 juin 2021.

         Chers cousins, chères cousines, chers amis

Le déclin régulier de la pandémie fait renaître l’espoir d’une reprise totale de nos activités et notamment de nos rencontres habituelles.

 Si nous n’avions pu organiser cette année le repas de parisiens ni celui du sud-ouest, nous nous sommes retrouvés nombreux le 12 juin à Lagardère et prévoyons de le faire à nouveau pour l’assemblée générale au mois d’août et pour la journée du patrimoine en septembre. 

Le confinement sous ses différentes formes ne nous a pas empêchés de poursuivre activement les études de restauration du château même si elles n’ont pas avancé aussi vite que nous l’aurions souhaité.

A-LES MANIFESTIONS RÉCENTES

  • Rencontre au château
la plaque pour Guy Lagardère

Le samedi 12 juin, nous nous sommes retrouvés particulièrement nombreux au château pour la rencontre traditionnelle, avec la bonne surprise d’accueillir plusieurs nouveaux adhérents parmi lesquels des membres de la famille de Guy-Claude, décédé le 13 mars, et de Geneviève. Avant le repas, nous nous sommes rendus au cimetière voisin pour rendre hommage, non seulement à Guy Claude, mais également à Jean-Jacques, notre fondateur ainsi qu’à Maurice Adon habitant du village et administrateur particulièrement actif de l’association. 

Jaqui Estingoy aux « Houns »

Le président et des représentants de la famille de Guy et Geneviève ont déposé une plaque sur la tombe de Guy-Claude au nom de l’association, en mémoire de celui qui fut un véritable cofondateur de l’association et son premier adhérent après Jean-Jacques. 

Le repas s’est déroulé dans une atmosphère particulièrement chaleureuse, animée par la joie des retrouvailles ainsi que par des foies gras et plusieurs vins exceptionnels dus à la générosité de Guy de Saint Gor.

Après le repas, nous avons pu visiter sous la houlette de notre animateur habituel, Jacky Estingoy, habitant du village, ce qui reste des installations thermales qui ont fonctionné, entre 1821 et la fin du 19ème siècle au lieu-dit « las Hounts » (les fontaines en gascon), au sud de la commune

B-LES MANIFESTATIONS FUTURES :

  • ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

L’assemblée générale de notre association aura lieu à Lagardère pendant les fêtes de la Saint-Laurent, le dimanche 8 août. Elle sera précédée d’un conseil d’administration la veille chez Claude à Pléhaut.

Le château sera ouvert à partir de 10h30. Vous êtes invités à vous y présenter dès ce moment pour participer à une visite commentée avec indications sur les travaux futurs.

Nous nous retrouverons tous sur la place du village à 11 h 30 pour prendre l’apéritif avec les habitants de la commune. L’assemblée générale dans la salle des fêtes du village se tiendra 12 h précises. N’hésitez pas à arriver en avance pour profiter du stand des gadgets qui ont été en partie renouvelés (T-shirts, porte-clés, gourdes, sacs de plage, timbres, mugs, etc.…).

L’ordre du jour de l’assemblée générale sera le suivant :

  • Rapport moral
  • Projets en cours d’étude
  • Rapport financier
  • Questions diverses

A 13 h, repas au prix de 20 € (9 € pour les enfants de moins de 10 ans).    

Avec la reprise des activités, nos traiteurs habituels sont débordés et ne peuvent assurer le service du repas. Nous avons finalement trouvé un traiteur de Jégun, pris le même jour par un autre repas, mais qui accepte de nous livrer un hors d’œuvre et un plat chaud, L’association fournira le dessert, le café et le vin. Le menu sera le suivant : 

-Salade mélangée, melon du Gers, tomates marinées, magret séché, croûtons 

-Civet de canard au Côte-de-Gascogne rouge, gratin de pomme de terre et petite frisée à l’ail ! 

-Dessert, café, Vin de David

Pour votre participation à l’assemblée générale et au repas, une réponse vous est demandée pour le 25 juillet au plus tard.

Vous voudrez bien retourner le bulletin, ou le pouvoir, au trésorier, Jacques.

En ces temps d’économie et d’écologie, n’hésitez pas à profiter du « covoiturage » en transportant des voisins ou en vous faisant transporter par eux ; il suffit d’appeler Jacques (05 56 99 24 97 ou 06 50 68 48 05) dans la semaine précédant l’assemblée générale. Il pourra vous indiquer le nom des participants proches de chez vous et leur téléphone.

       Pour alimenter la vente aux enchères qui se tiendra en fin de repas, nous faisons appel aux divers talents des adhérents et de leurs amis. Merci de préparer des œuvres de toute nature (peinture, sculpture, photo artistique, vannerie, broderie, etc.… ayant bien entendu un rapport avec le château). Si vous avez une œuvre à proposer, en informer Claude ou Jacques avant l’assemblée générale de façon que nous puissions organiser les enchères. 
  • JOURNÉE DU PATRIMOINE (dimanche 19 septembre)

      L’association participera à la journée du Patrimoine, le dimanche 19 septembre. Comme l’année dernière, nous nous sommes inscrits auprès de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, ce qui veut dire que le château figurera sur le répertoire régional des manifestations, établi par la DRAC.  Le château sera ouvert au public de 11h à 17h, pour les visites, Bernard donnera à 15h une conférence sur le château et son environnement historique dans la chapelle

   N’hésitez pas à signaler cette date à vos amis et connaissances pour qu’ils puissent découvrir le château. Venez vous-même nombreux pour accueillir nos visiteurs.

C -TRAVAUX DE RESTAURATION

Après l’achèvement d’une importante tranche de travaux en 2019, nous avons lancé les études d’avant-projet pour l’aménagement interne de la tour sud et la reconstitution de la porte est.  Ces études sont subventionnées par la DRAC (50%).

projet d’aménagement de la porte est

Retardé par la pandémie qui a imposé à ses collaborateurs de travailler dans des conditions difficiles, l’architecte, Stéphane Thouin, a fini par nous fournir un avant-projet il y a quelques semaines avec différentes variantes pour l’emplacement de l’escalier d’accès. Le dossier a fait l’objet de remarques et de contre-propositions de notre part et, après de nombreuses discussions avec Stéphane Thouin et ses collaborateurs, a fait l’objet d’une nouvelle version qui nous agrée et qui va être envoyée prochainement à la DRAC pour instruction. Il sera alors nécessaire de rencontrer la DRAC pour en discuter en juillet ou en septembre afin de recueillir leur accord et de choisir la variante.

Pour la tour sud, le principe de l’aménagement est de reconstituer les premier et deuxième niveau anciens, à environ 5 m et 9 m au-dessus du sol actuel. Les planchers bétons seraient solidarisés avec les murs permettant ainsi de supprimer les tirants mis en place il y a près de vingt ans. 

projet d’escaliers, porte est et tour sud

Pour l’accès à ‘escalier on peut imaginer deux types de solution ;-un accès partant de l’intérieur de la tour sud-un accès dans la salle centrale jusqu’à une plate-forme intermédiaire donnant accès à la tour sud  L’avantage de cette solution qui reprend l’emplacement d’un escalier d’origine est de dégager le rez de chaussée de la tourAu 2ème niveau un escalier en colimaçon donne accès à une passerelle établie le long du mur est d’où les visiteurs pourront avoir une vue dégagée vers l’est.L’idée serait de traiter en phase 1 la reconstitution de la porte est (environ 100 000 € ) et en phase 2 l’aménagement de la tour sud ( 200 000€ environ)  Ces sommes sont importantes mais il faut rappeler que nous avons réalisé environ 600  000 € de travaux depuis 1999.Nous avons demandé une subvention pour la première tranche de la phase 1 (40 000 €) qui consiste à dégager les fondations de la porte est aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Si elle est accordée, les travaux pourraient être réalisés en 2022. 

D-ADHÉRENTS

Ces derniers mois ont vu la disparition de Raymond Lagardère, de Saint-Symphorien (33), oncle de Guy de Saint-Gor qui, à l’âge de 90 ans, avait fait une intervention remarquée lors d’un déjeuner à Roquefort en 2016. Ancien gemmeur, Raymond Lagardère avait eu des responsabilités syndicales importantes au niveau régional.

En mars dernier nous avons eu la douleur de perdre de façon brutale Guy-Claude de Ger (64). Tout premier adhérent à l’association avec son épouse Geneviève, fidèle entre les fidèles, il avait participé activement à toutes nos manifestations depuis 1992. Il avait fait édifier un caveau au cimetière de Lagardère dans l’axe du château. Il y repose depuis le 19 mars dernier.

Mais nous avons eu le plaisir d’accueillir 5 nouveaux foyers :

-Christophe Fois et sa compagne Sophie Blesson qui viennent de s’installer au hameau de Samaret dans la commune de Lagardère,

-Élisabeth Bourdier, fille de Geneviève Lagardère, et son époux Jean-Jacques, demeurant dans les Landes,

-Grégory Lagardère, fils de Guy-Claude, et son épouse Delphine, habitant la Haute- Garonne, 

-Matthieu Lagardère, petit-fils de Guy-Claude, habitant la Haute-Garonne également.

-Jean-Jacques Demoncy, habitant la Haute-Garonne.

Nous souhaitons à tous le meilleur accueil, en nous félicitant de recevoir des adhérents jeunes, gage de pérennité de nos actions.

E-SITUATION FINANCIÈRE

le château en juin 2021


            En l’absence de travaux cette année, la situation financière a peu évolué ces derniers mois, marquée seulement par le paiement d’acomptes à notre architecte pour les études d’avant-projet. La rentrée des cotisations a pris du retard, ce qui s’explique peut-être par la pandémie. Le trésorier félicite ceux qui ont réglé avec ponctualité leur cotisation, et remercie par avance les retardataires de bien vouloir le faire rapidement, si possible avant le 15 juillet. Ces derniers recevront un rappel particulier.

F-DIVERS

  • Gadgets
les cigognes sur la tour…

            Nous disposons toujours de divers articles commandés ces dernières années, tels que sacs de plage, mugs, gourdes, tapis de souris, stylos écologiques, porte-clés marqués Lagardère, mais aussi de T-shirts à l’effigie du château, de casquettes et de chemises marquées Lagardère. Tous seront disponibles pour la prochaine assemblée générale ainsi que des timbres avec la photo du château. Pensez à vos enfants, petits-enfants, famille et amis. Ils apprécieront certainement un cadeau « Lagardère ».

  • Site Web

Notre site est régulièrement mis à jour par Bernard. Vous êtes invités à le consulter régulièrement (www.associationlagardere.com) et à le faire connaître.

Nous vous souhaitons un bel été.

A bientôt,

  Lagardèrement vôtre

Lagardère, acteurs

M. et Mme LAGARDÈRE, Artistes dramatiques

commentaires de quelques critiques dramatiques

En 1822 

« Lagardère, né vers 1780, a commencé à jouer au Théâtre-Français, en 1805 par le rôlr de Xipharès, dans Mithridate de Racine. Xipharès est un des fils du roi du Pont.

le Théâtre-Français (Comédie-Française) au début du XIXéme siècle

Avant d’obtenir son premier ordre de début, il était déjà connu dans la capitale et avait joué sur plusieurs des petits théâtres qui alors se rencontraient à chaque pas dans Paris

Rien n’annonce en lui le héros tragique ; sa stature est au – dessous de la médiocre, et lors de son apparition sur la scène française, on lui avait donné le surnom assez ridicule de Jockey tragique ; puis ensuite de petit Talma, parce qu’on prétendait que son jeu n’était souvent qu’un composé de réminiscences et en particulier du jeu deTalma

Dans ses premiers débuts, Lagardère n’obtint que peu de succès ; quelques-uns mêmes des rôles qu’il joua, lui attirèrent des désagréments qui s’adressaient plus à son physique qu’à son jeu ; car, malgré ses défauts, on ne peut lui refuser de la chaleur et de l’intelligence. Forcé par les années de changer d’emploi, il abandonna les jeunes premiers pour les premiers rôles, et se montra dans Œdipe ( le 9 mai). De nouveaux motifs s’opposèrent & ce qu’il traitât arec la Comédie Française, bien qu’il n’eût pas eu à se plaindre du public ».

la scène de la Comédie Française en 1790

1810-Journal de Lyon

« La reprise de l’Œdipe de Voltaire avait attiré la foule au Grand-Théâtre dimanche dernier. Lagardère remplissait le rôle d’Œdipe, dans lequel Talma est si profondément tragique ;
Il faut rendre justice à Lagardère, il s’est surpassé dans cette représentation 
Lagardère a joué Cinna de Corneille, le surlendemain, et malgré quelques inégalités qui s’excusent aisément dans un rôle regardé à juste titre comme l’un des plus redoutables de l’emploi, il s’en est acquitté fort honorablement pour lui, et aux applaudissements fréquents du public. »

1824-Théâtre Français

« ..Mme Lagardère, est une fleur éclose à l’air libre, parée des couleurs et de la fraicheur du matin. Je ne crois pas avoir vu jamais des yeux plus noirs et plus beau ; des dents plus blanches et plus belles ; un corsage de jeune princesse plus fait pour donner de l’amour aux princes et aux rois. Ses traits sont plus français que grecs, mais on nous en montre tous les jours qui ne sont ni grecs ni français ; la beauté, de quelque part qu’elle nous arrive a droit à nos hommages ; je dirais jusqu’à notre reconnaissance….
Il est impossible de ne pas conserver, d’une figure comme celle de Mme Lagardère, des souvenirs doux et durables. »

1825-Théâtre des arts

M. et Mme Lagardère, premiers rôles tragiques, dans  Adélaïde Du Guesclin. (Drame historique de Voltaire)

« …Lagardère, sans être grand, n’est point d’une petite taille.. Mme Lagardère, dont la physionomie est fort agréable… »

1827-L’Aristarque des spectacles, (Bruxelles)

Au Grand-Théâtre, Pierre de Portugal, de Lucien Arnault, avec M. et Mme Lagardère

« Nous devons regretter que M. et Mme Lagardère, peu encouragés par le directeur, n’aient pas prolongé leur séjour dans notre ville…Le théâtre de Bruxelles devrait accueillir avec bienveillance les artistes étrangers. »

Qu’est devenu ensuite ce couple d’acteurs ? D’où venait-il ?
Tout renseignement supplémentaire à ce sujet serait le bienvenu.

Jean-Luc Lagardère

Jean-Luc Lagardère, de son vrai nom Jean Lucien Lagardère, né le 10 février 1928 à Aubiet dans le Gers et mort le 14 mars 2003 à Paris, 15ème, est un chef d’entreprise industriel et patron de presse français

Son fils unique, Arnaud Lagardère, a pris sa succession à la tête du groupe qu’il dirigeait.

Débuts 

Jean-Luc Lagardère part à Paris à l’âge de douze ans pour suivre son père, fonctionnaire, nommé à la direction financière de l’Onera. Il intègre Supélec (école supérieure d’électricité) le 8 novembre 1949 et en ressort diplômé en 1951. Il commence sa carrière au début de 1952 chez Dassault-Aviation, responsable d’un département d’électronique.

Matra

En 1962, c’est en accord avec l’actionnaire principal Sylvain Floirat (qui l’intronisera aussi à Europe 1) que Marcel Chassagny confie les rênes de Matra à Jean-Luc Lagardère le 2 janvier 1963. Matra est à l’époque une société électronique modeste. Elle travaille principalement dans les domaines militaire et spatial depuis 1961.

succès de Matra en 1972

Avec lui la société se diversifie dans de nouveaux domaines : les automatismes, les télécommunications, l’informatique, la recherche offshore, les transports urbains et surtout l’automobile.

En 1977, il devient PDG de Matra. De nombreux succès assurent la croissance des filiales majeures, Matra Défense, Matra Espace, Matra Communication, Matra Électronique, Matra Sport et Matra Transport.

Après l’arrivée de la gauche au pouvoir, la société Matra sera nationalisée à 51 % en septembre 1981, Jean-Luc Lagardère en restera le PDG, au terme de négociations habiles. Avec l’arrivée de Jacques Chirac à Matignon en mars 1986 se dessine sa privatisation. Le krach de Wall Street du 19 octobre 1987 a lieu trois jours après le lancement de l’opération initiale de privatisation et il oblige le gouvernement à la suspendre. Le 27 janvier 1988, l’offre publique de vente sera terminée à un prix bas.

En 1992, lors de la vente des Mirages de Taïwan par un groupement réunissant Thomson-CSF, Snecma, Dassault Aviation et Matra, ce dernier réussit lors des négociations à tripler sa part dans le contrat, au détriment de ses partenaires.

En 1996, le gouvernement français souhaite privatiser Thomson dans une « logique européenne ». Candidat, Matra va alors nouer des annonces avec le britannique General Electric Company et l’allemand DASA. Auparavant, Matra et British Aerospace avaient mis en commun leur activité missile tactique avec la création de Matra BAe Dynamics (qui est à l’origine de MBDA.  Bien que Thomson soit repris par Alcatel, c’est Jean-Luc Lagardère qui sera à l’origine de la consolidation des industries de la Défense. En effet, en 1999 Matra fusionne avec l’Aérospatiale lors de sa privatisation, avec Jean-Luc Lagardère à sa tête. Un an plus tard, Aerospatiale Matra formera avec l’allemand DASA et l’espagnol CASA le groupe EADS5.

Hachette

Jean-Luc Lagardère ne parvient pas à prendre le contrôle de TF1 lors de sa privatisation en avril 1987, l’offre du concurrent, le groupe Bouygues, ayant été choisie. Pour prendre place dans le monde de la télévision, via Hachette qu’il contrôle, il entre en mars 1990 au capital de La Cinq initialement détenue par Robert HersantSilvio Berlusconi etJérome Seydoux. Il en prendra le contrôle total et l’opération se terminera par la liquidation de la chaîne, qui engloutit tous les fonds propres du groupe.

Jean-Luc Lagardère y voit son « plus grave échec ». La facture totale pour Hachette approche les 6 à 7 milliards. Il est convaincu que la bonne solution pour éviter la faillite et le dépeçage de Hachette passe par la fusion de Matra et de Hachette. Il parviendra à ses fins, Matra-Hachette qui deviendra plus tard Lagardère SCA est créé. Pour bénéficier d’une réduction d’impôt considérable sur ses bénéfices futurs, c’est Hachette qui absorbe juridiquement Matra. Grâce au statut de  société en commandite par actions, Jean-Luc Lagardère conserve le contrôle de la gestion avec quelque 10 à 13 % des actions. Mais, comme associé gérant à titre personnel, il est responsable du passif sur ses biens propres. Son fils unique Arnaud   est désigné comme son successeur.

Sport 

Jean-Luc Lagardère est passionné par le sport et par la compétition. Il sponsorise l’équipe de football du Racing Club de Paris. Il fera de Matra un constructeur automobile intervenant dans les voitures de sport (Djet, Aerodjet), en partenariat avec (530, Bagheera, Murena, etc.) Simca et la compétition automobile au plus haut niveau de 1965 à 1974 (champion du monde de F1 en 1969 et trois fois victorieux des 24 Heures du Mans).

Passionné aussi par les courses hippiques, il avait repris un haras à Pont-d’Ouilly et une écurie de courses célèbre avec près de 220 chevaux et juments de course, celle des Dupré (casaque grise, toque rose). Depuis 2003, le prix Jean-Luc Lagardère lui rend hommage. Ses effectifs ont depuis été acquis par Karim Aga Khan IV.

12 Août 2020;Enghien Soisy;PRIX JEAN-LUC LAGARDERE –

Vie privée

Jean-Luc Lagardère épouse Corinne Levasseur en 1958. Ensemble ils auront un fils, Arnaud, né en mars 1961. C’est elle qui l’initie et l’incite à entrer dans le milieu des courses et de l’élevage des purs-sangs. Le couple divorce en 1975.

En 1978, il fait la connaissance de Elisabeth Pimenta Lucas, mannequin chez Ungaro, surnommée Bethy. Elle est issue d’une famille de propriétaires terriens de l’Etat de Minas Gerais au Brésil. Ils se marient le 30 août 1993 après quinze ans de vie commune.

Disparition

Le 27 février 2003, il est opéré de la hanche à la clinique du Sport à Paris. Huit jours après, il dîne avec sa femme Bethy et des amis, le couturier Emanuel Ungaro et Marie-Laure de Villepin, l’épouse de Dominique de Villepin, alors ministre des Affaires étrangères. Le lendemain, il est retrouvé dans le coma par sa femme, sur le sol de sa chambre à coucher. Après quelques jours en réanimation, il meurt à l’hôpital Lariboisière à Paris. Le diagnostic annoncé par le chef de service, le Pr Didier Payen, est une encéphalomyélite aiguë auto-immune, un cas rarissime.

Pour Jean-Louis Gergorin, la mafia a assassiné le patron de Matra en empoisonnant son sang, une technique souvent utilisée, selon lui, par les services secrets russes, qui ont coutume d’introduire un staphylocoque dans le sang. Jean-Louis Gergorin va alors écrire des lettres anonymes mettant en cause les anciens dirigeants de Thomson.

Jean-Luc Lagardère est inhumé au cimetière d’Ouilly-le-Basset  près de son haras.

« Une pirouette du destin vint précipiter soudainement le passage de témoin. Une sortie de scène bien dans la manière du plus impétueux et du plus inattendu des bâtisseurs d’empire que la France ait connus depuis un demi-siècle. »
(Escande et Poussièlgue)

l’association Lagardère n’a aucun lien ni administratif ni financier avec le « groupe Lagardère » fondé par Jean-Luc Lagardère.

les personnes

La répartition géographique, en France des Lagardère, est très nettement centrée sur la partie nord-ouest de la Gascogne les tableaux chronologiques des naissances en font foi.

Dans les autres régions du « midi », on trouve des Lagarde, Gardères, La Garde, mais non Lagardère qui paraît bien spécifique.

Les migrations du travail (région parisienne en particulier), ou des loisirs et des retraites (Côte d’Azur), expliquent sans doute les implantations hors du sud-ouest.

Naissances au nom de LAGARDERE par département, de 1916 à 1990
(total = 1644)

De 1916 à 1990, les naissances au nom de LAGARDERE restent concentrées dans le sud-ouest (Gironde, Landes), mais s’étendent progressivement à davantage de départements.
La région parisienne, correspondait à 4% des naissances de 1916 à 1941.
Elle correspond à plus de 8 % de 1966 à 1990.

  • Gironde 556
  • Landes 298
  • Lot et Garonne 273
  • Région parisienne 92
  • Pyrénées Atlantiques 86
  • Gers 84
  • Var 29
  • Dordogne 25
  • Hautes pyrénées 21
  • Haute Garonne 20
  • (autres départements : < 12 / dept)
Naissances de 1916 à 1940 Total = 520
Naissances de 1941 à 1965 Total = 623
de 1966 à 1990 total= 501

Certains LAGARDERE sont mieux connus que d’autres.

On peut citer:

M. et Mme Lagardère artistes dramatiques

Au début du XIXème siècle, ils ont eu un certain renom.
En 1824, la « Grande Biographie Dramatique » indique :
– Lagardère– artiste tragique.
A débuté avec beaucoup de succès au Théâtre-Français. Il a commencé par jouer les premiers rôles de la comédie à Amsterdam. Engagé depuis à Bordeaux et à Lyon, il se fit aimer du public dans ces villes.
Cet acteur a de l’âme, de l’intelligence et une instruction étendue. Aujourd’hui en province.
Mme Lagardère– Théâtre-Français.
Jolie brune de 20 à 22 ans, qui débuta aux Français en 1823 avec beaucoup de succès. Il n’y eut qu’une seule voix sur sa figure et son intelligence. Elle reçut des vers, des applaudissements, des couronnes. Admise au Théâtre de la rue Richelieu, elle a contre elle deux ennemis puissants : sa beauté et son talent.

On a peu de renseignements sur ces deux acteurs, sinon les appréciations de quelques critiques dramatiques (voir ces critiques).

Francis Lagardère 

Il est né à Beaumarchés en 1922. C’était un étudiant, pyrénéiste passionné (auquel on doit la première statue de la Vierge au sommet de la Grande Fache). Il est entré dans la résistance et a été fusillé par les Allemands à Lyon le 23 décembre 1943. Il avait 21 ans. Une pointe commémore son nom dans la région du Marcadau. (voir son histoire)

Jean-Luc Lagardère

Il est né en 1928 à Aubiet, à l’est d’Auch, d’une famille originaire de Biran;

« Admirateur de Louis XIV et de De Gaulle, passionné de courses de chevaux et de compétition automobile, champion de tennis, Jean-Luc Lagardère est avant tout un pur produit de la France entrepreneuriale de l’après-guerre : aussi à l’aise dans ses usines que dans les cercles du pouvoir, où il aura toujours ses entrées au plus haut niveau. Né le 10 février 1928 dans un petit village du Gers, il est gascon de la tête aux pieds. S’il aime la bagarre, c’est plus en fonceur avide de victoires qu’en poète. D’Artagnan plutôt que Cyrano. Mais comment freiner un tel concentré d’énergie ? Au sommet de la réussite comme dans les pires moments de son existence, rien n’a jamais entamé le tonus de la locomotive Lagardère » (Philippe Escande, dans « les Echos » du 17 mars 2003) (voir sa biographie, d’après wikipedia)

Mais LAGARDERE, c’est d’abord, pour beaucoup, le nom du héros du roman « LE BOSSU » de Paul Féval

 

 

les lieux

Il y a plusieurs lieux dénommés LAGARDÈRE dans le sud-ouest.

Il n’y a en France qu’une commune de ce nom : c’est le village où est situé le château. Lors de la création des communes et des départements en 1791, il y en avait une autre : Lagardère-Saint Mont, dans le sud-ouest du Gers, près de Riscle. En 1822, elle a été rattachée à la commune de Labarthète, et son nom même a disparu des cartes IGN.

Il semble que ces localités correspondent à des postes stratégiques, situés en hauteur, et permettant de surveiller le voisinage, ou à des pâturages ou « bois gardés », interdits au pacage des troupeaux, alors plutôt dans les vallées.

En France l’Institut Géographique National (IGN) trouve 12 lieux dénommés Lagardère : 

  • 5 dans le Gers,
  • 3 dans les Landes,
  • 2 en Gironde,
  • 1 dans le lot et Garonne,
  • 1 dans les Hautes-Pyrénées.

Les lieux appelés LAGARDERE

1 – Selon les références de l’Institut Géographique National :

Dans le Gers on trouve, outre la commune et son château :

  • un « bois de Lagardère » dans la commune de Bétous, au sud ouest d’Aignan (au XVIII° siècle il y avait une maison indiquée « Laouardère » sur les cartes),
  • un domaine de Lagardère dans la commune de Montégut, près d’Auch,
  • une maison appelée Lagardère dans la comune de Laveraët, au nord est de Marciac, mais au XVIII° siècle, elle s’appelait « Berdoulat ».
  • une maison appelée Lagardère dans la commune de Sarragachies, à la limite sud-ouest du département, mais au XVIII° siècle elle était appelée La Pigna

Dans les Landes

  • les ruines d’une maison dans la commune de Pissos, sur la route de Biscarosse
  • une maison dans la commune de Donzacq
  • un bois de Lagardère, dans la commune de Geloux

En Gironde

  • un hameau dans la commune de Bazas, à l’ouest, sur la route de Préchac,
  • une maison dans la commune de Cours les bains

Dans le Lot et Garonne

  • un hameau de Lagardère dans la commune de Caumont sur Garonne

Enfin dans les Hautes-Pyrénées, le pic de Lagardére, fait la frontière avec l’Espagne…
(à partir du nom du résistant Francis Lagardère)

2 – Selon les Archives Départementales du Gers :

  • Lieux-dits des communes actuelles de Betous, Labrihe, Marguestau, Mauroux, Montégut, Sempesserre.
    on trouve la variante Lagouardère à Blaziert, Cravencères, Fustérouau, Panjas, Roquelaure.
  • Sous l’Ancien Régime, il y avait, dans les pays d’Armagnac trois communautés (paroisses) de ce nom : la commune actuelle de Lagardère, Lagardère-Saint-Mont, absorbé par Labarthète, et Lagardère-Betous, qui n’est plus qu’un nom de bois dans la commune de Betous.
  • Les familles LAGARDERE ont pu tirer leur nom de ces localités, mais ont aussi pu être à l’origine de leurs noms. Ainsi à Sarragachies, et à Lavéraët, les lieux-dits actuels Lagardère portaient d’autres noms au XVIII° siècle.

noms de rues

Il est difficile de recenser les noms de rue qui portent ce nom en France, on peur néanmoins signaler :

-Le pont Jean-Luc Lagardère, à TOULOUSE (Haute-Garonne) 31000

-le chemin de Lagardère, à GONDRIN (Gers) 32330

-le chemin de Lagardère à LAVERAËT (Gers) 32230

-le chemin Maurice Lagardère, à BORDEAUX (Gironde) 33000, près du Lac,

-l’avenue Gauthier Lagardère, au BOUSCAT (Gironde) 33110

-la rue Lagardère, à BAZAS (Gironde) 33430

-la rue Louis Lagardère à SAINT LOUIS DE MONTFERRAND (Gironde) 33440

la route de Lagardère, à GELOUX (Landes) 40090

-le chemin de Lagardère à DONZACQ (Landes) 40360

-l’avenue Lagardère, à NANTES (Loire Atlantique) 44000, courte impasse près du parc de Bottière-Chénaie

-la rue de Lagardère à PAU (Pyrénées atlantiques) 64000

-la rue Jean-Luc Lagardère, à TARBES (Hautes Pyrénées) 65000, entre la rocade sud-ouest et la « Pyrénéenne »

-l’avenue Francis Lagardère, à LOURDES (Hautes Pyrénées) 65100

Le Bossu

C’est le roman « LE BOSSU », de Paul Féval, qui a rendu célèbre en France, le nom de son héros, Henri de Lagardère, courageux, généreux, astucieux et magnifique. Il a été publié en 1857, d’abord en feuilletons dans le journal « Le Siècle » d’Emile de Girardin, et obtint aussitôt un succès considérable.

  • Le roman raconte la lutte d’Henri de Lagardère, chevalier pauvre et sans appui, contre le prince de Gonzague, riche et puissant seigneur, cousin du futur Régent. N’ayant pu éviter l’assassinat du duc Philippe de Nevers par la prince de Gonzague, dans les fossés du château de Caylus, Lagardère a recueilli en secret son enfant, la jeune Aurore.
  • Dénoncé par Gonzague comme étant l’assassin du duc, Lagardère gagne l’Espagne où, durant dix-sept années, il s’oppose aux desseins du prince de Gonzague. Il utilise la « botte de Nevers », terrible passe que lui a enseignée le duc de Nevers avant de mourir, pour frapper les spadassins envoyés pour tuer l’enfant.
  • Aurore constitue en effet l’ultime obstacle empêchant Gonzague, époux de la veuve de Nevers, de disposer de la fortune du duc. A l’âge de vingt et un ans, Aurore est ramenée à Paris par Lagardère qui, a juré à Philippe de Nevers mourant de le venger. Il hante le quartier du Marais, en particulier la rue Quincampois, où, déguisé en bossu, dans le milieu des spéculateurs du système Law’s, il surveille le prince et son hôtel.
  • Menacé lui-même par le meurtrier du duc, le bossu redevient Lagardère, force le prince de Gonzague à se démasquer sous les yeux du Régent et le tue en duel.
    Aurore, retrouvant sa mère et sa fortune épouse son protecteur élevé au titre de comte de Lagardère par le Régent.

Le Bossu, au-delà d’un simple roman de cape et d’épée, présente une violente satire tant de la Régence que de l’époque contemporaine de l’auteur. Tout en stigmatisant le système de Law) révélateur de la déchéance de la noblesse au XVIIIe siècle, Féval dénonce avec un humour mordant l’agiotage faisant fureur sous la Monarchie de Juillet et lors des premières années du Second Empire.

C’est toutefois à son intrigue purement inventée, parfaite illustration de ce que représentait l’attente d’un public populaire, que Le Bossu dut son extraordinaire succès que les années n’ont pas entamé.

 

Paul Féval 1816-1887

Paul Féval naît le 29 septembre 1816 à Rennes. 

Son père, originaire de Troyes appartient à la petite magistrature, il est conseiller à la Cour de la ville.
Sa mère, Jeanne-Joséphine-Renée Le Baron, est bretonne de la région de Redon.
La famille est nombreuse (cinq enfants) et les revenus insuffisants. A la mort de son père il a 10 ans. Il est interne au collège royal.
Durant ces années d’enfance, il séjourne à plusieurs reprises à Cournon en Redon, chez son oncle, le marquis de Careil.

Bachelier en 1833, il obtient son diplôme de licence en droit en 1836. il prête serment en qualité d’avocat. Ses débuts sont maladroits ( la première affaire qu’il plaida , le cas d’un voleur de poules : Planchon) le couvrit de ridicule car Planchon, devant les bégaiements de Féval, se chargea de sa propre défense. Il partit pour Paris.

Au mois d’août 1837, il s’installe à Paris comme commis chez un oncle banquier, mais le monde de la banque et du commerce ne lui convient pas. Son oncle le chasse parce qu’il ne travaille pas. Il songe à la littérature, tout en exerçant de petits métiers qui assurent mal sa subsistance. Ses premiers écrits sont refusés par les éditeurs.

Jusqu’en 1843, il va mener une existence tourmentée, connaître la misère et exercer toutes sortes de  » métiers  » : secrétaire d’écrivains, commis de banque, inspecteur dans une compagnie d’affichage, correcteur d’épreuves. Auteur anonyme d’articles encyclopédiques, il rédige de la  » prose à la toise  » dans des Dictionnaires de conversation. Il place quelques nouvelles dans La Législature, Le Parisien, La Quotidienne, La Lecture. 

Des recommandations l’introduisent dans les milieux catholiques et royalistes. Le Club des phoques est le premier texte publié en 1841 dans La Revue de Paris. Son talent est remarqué par des éditeurs de journaux tels La Législature et le Courrier français. 

Anténor Joly, directeur de L’Epoque demande à Féval de remanier et de terminer un roman inachevé d’un auteur anglais, Les Aventures d’un émigré. Féval, se rend à Londres pour se documenter, et compose, sous le pseudonyme de Sir Francis Trolopp, un ouvrage pittoresque, Les Mystères de Londres, qui paraît en feuilleton dans L’Epoque en 1843. La carrière littéraire est engagée, suivent d’autres romans-feuilletons : Le Capitaine Spartacus, Les Chevaliers du Firmament, Le Loup Blanc. Il est désormais célèbre, Il se fait journaliste et fonde en février 1848 « Le Bon Sens du Peuple et des Honnêtes Gens », journal où il réclame, bien avant Jules Ferry, l’instauration de l’instruction primaire, gratuite et obligatoire, puis « L’Avenir national ».

Le Bossu, édition de 1857

Féval qui est un conservateur ressent durement la Révolution de 1848 : par ses écrits, n’a-t-il pas contribué à réveiller un mouvement qu’il réprouve ? Il décide donc de réorienter sa production dans une direction plus neutre, et poursuit ses publications. 1857 est l’année où sort Le Bossu, roman qui a un immense succès et auquel on l’associe encore de nos jours.

Il épouse la fille de son médecin, Marie Pénoyée, âgée de vingt ans, en 1854, il a 38 ans : le couple aura huit enfants dont Paul-Auguste-Jean-Nicolas Féval, né en 1860, qui continuera l’oeuvre de son père. 

Sous l’Empire, Féval est l’auteur à la mode, éclipsant presque Ponson du Terrail, restant l’égal d’About et de Feuillet, au point de vue des tirages. En 1863, il rencontre son homologue britannique Charles Dickens, avec lequel il noue des liens d’amitié Il n’est pas élu à l’Académie française mais préside à cinq reprises aux destinées de la Société des Gens de Lettres. Il est chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur sous l’Empire, 

En 1870, au moment de la défaite et de la Commune de Paris, il quitte Paris pour revenir à Rennes, quelques temps. En 1876, Il renoue ostensiblement avec la foi catholique, après un deuxième échec à l’Académie française et des problèmes financiers dus à une popularité émoussée. Il est promu officier de la Légion d’honneur sous la troisième République.

Le succès aidant, il est à la tête d’une coquette fortune, il sera ruiné en 1875 par des spéculations hasardeuses sur l’empire ottoman, et une deuxième fois en 1880 : son voisin, s’est enfui avec ses économies !… Ses amis écrivains constituent un comité (J. Claretie, A. Daudet, A. Dumas fils, O. Feuillet, C. Gounod, H. Malot, V. Sardou), et présidé par E. About, de l’Académie française, qui recueille des souscriptions.

Féval s’est essayé à la plupart des types de roman : le roman de cape et d’épée avec Le Bossu, Le cavalier Fortune, Le Capitaine fantôme ; le mystère de la ville avec les Mystères de Londres ; les récits bretons La Belle étoile, La Première aventure de Corentin Quimper ; le fantastique avec La Vampire, Le Chevalier Ténèbre. Il s’est aussi essayé au théâtre et même à l’histoire politique et judiciaire. Se revendiquant breton, il utilisa abondamment les thèmes de la Chouannerie et des luttes politiques précédant l’annexion de la Bretagne.

Il a été un écrivain très prolifique, car son œuvre comprend plus de 200 volumes.
Au début des années 1880, il est sujet à des crises d’hémiplégie et il est recueilli par les frères Saint Jean de Dieu, à Paris. Quasi-oublié dans ses dernières années, il va les consacrer à remanier son œuvre dans un sens plus conforme à la morale catholique. Sa femme meurt en 1884. Il meurt le 8 mars 1887. 

De grande érudition, il parlait l’anglais, l’allemand et l’espagnol avec la plus grande facilité. Il possédait une bonne connaissance de la littérature étrangère et jouait du piano. C’était un travailleur infatigable : plus de douze heures par jour. Ses correspondants jugent son style vif, alerte, spirituel, pétillant d’esprit, plein d’imagination la plus gaie et fourmillant de néologismes

Paul Féval (fils) 1860-1933

A la mort de son père, son fils avait 27 ans. Il avait déjà écrit quelques nouvelles. Il va bientôt, en 1893, donner logiquement, lui le fils, un fils au Bossu, puis des petits enfants, en 1895. 

En revenant au Bossu lui-même, il exploite des périodes qu’il considérait comme sous-exploitées par son père : ce sera les chevauchées de Lagardère en 1909, et la suite : Mariquita en 1922, en 1905, il modifie la fin du Bossu, en faisant s’échapper Gonzague et en 1923, il écrit Cocardasse et Passepoil qui raconte la nouvelle poursuite de Gonzague, et son élimination définitive dans les fossés du château de Caylus, parallèlement à une forte production d’autres romans d’aventures. En 1929, il prend pour héroïne une femme, l’arrière-petite-fille du Bossu, et ses aventures sous la Révolution et l’Empire. Un dernier volume paraîtra après sa mort : sa reconstitution de la jeunesse du Bossu.

Il s’est également inspiré de son père en écrivant Les bandits de Londres, qui n’est pas sans rappeler Les Mystères de Londres. Enfin, Féval fils a su exploiter l’autre veine à succès de son père, celle de la veine fantastique et vampirique, avec des romans comme Les vampires de la mer (1929), ou Le réveil d’Atlantide (avec H.-J. Magog, en 1923), mais ici, suivant l’air du temps, il modernise le fantastique, lui fait perdre la coloration gothique qu’il avait chez son père, pour le confronter à la science et au positivisme, ce qui fait de lui, de l’avis général, l’un des précurseurs de la science-fiction à la française.

On lui doit ainsi la rencontre improbable de Cyrano et de d’Artagnan, dans d’Artagnan contre Cyrano (4 volumes, 1925) suivi de d’Artagnan et Cyrano réconciliés (3 volumes, 1928). Il a enfin publié Le fils de d’Artagnan (1914) et La vieillesse d’Athos (1930), ces deux dernières oeuvres n’étant que lointainement rattachées aux intrigues de la trilogie des Mousquetaires.

Plus généralement, Paul Féval fils a proposé une oeuvre de fantaisie, destinée plus volontiers à la jeunesse et sans grande prétention, qui emprunte à plaisir aux conventions romanesques de l’époque.

LA FAMILLE DU BOSSU

Il y a 9 romans ayant pour héros un membre de la famille de Henri de Lagardère « le Bossu » : le premier, écrit par Paul Féval le père, les autres par Paul Féval le fils . On peut les regrouper selon les époques où se passe l’intrigue : du règne de Louis XIV, à la Restauration qui suit l’épopée napoléonienne, en indiquant entre parenthèses la date de parution : . 

LA JEUNESSE DU BOSSU (1934)

LE BOSSU (1857)

LES CHEVAUCHEES DE LAGARDERE (1909)

MARIQUITA (1922)

COCARDASSE ET PASSEPOIL (1923)

LE FILS DE LAGARDERE (1893)

LES JUMEAUX DE NEVERS (1895)

MADEMOISELLE DE LAGARDERE (1929)

LA PETITE FILLE DU BOSSU (1931)

Après « le Bossu », histoire d’Henri, Il y a donc quatre livres qui concerne ses descendants évoluant sur environ un siècle.

Le genre littéraire reste celui des romans feuilletons : chaque chapitre, ou presque, raconte une histoire particulière, ce qui fait beaucoup de « petites histoires », avec des personnages secondaires, dont certains vont se retrouver au fil des évènements, eux-mêmes ou leurs descendants, soit comme amis et aides du héros Lagardère, soit comme liés avec l’ennemi principal. 

Car il y a toujours des « bons » et des « méchants ». Les premiers sont parfois généreux et entièrement admirables, parfois, un peu ridicules, ajoutant une note comique au tragique de leurs tribulations. Les seconds, foncièrement haineux, sans raison évidente, souvent intelligents et rusés, toujours faux, malhonnêtes, parfois lâches, et alors qu’on les croyait morts, se retrouvent étonnamment rescapés dans l’épisode suivant.

La toile de fond est toujours l’Histoire de France, dans ses épisodes supposés connus par un public qui a été scolarisé. Les personnages et les évènements utilisés sont conformes à l’histoire officielle. L’auteur a pris soin d’étudier le détail des lieux et des acteurs. Il ne semble pas y avoir d’erreur dans les faits qui coïncident avec l’Histoire. Mais beaucoup d’évènements et de personnages sont ajoutés. Si l’on comprend à quel point la famille Lagardère a déterminé le cours de l’Histoire de France, c’est toujours avec discrétion, sans fausser l’Histoire officielle.

Le style littéraire est irréprochable, sans relâchement. On trouve les ingrédients classiques du genre :

-la manifestation du courage, de l’esprit de décision, de l’astuce des héros, même dans les situations les plus difficiles 

-l’association, chez les « méchants« , de la haine, du mensonge, de la tromperie, parfois de la lâcheté.

-un fond d’histoire d’amour, souvent impossible ou malheureux, jusqu’à un dénouement rassurant.

-une accumulation d’épisodes, parfois presqu’identiques, d’attaque dans des auberges, d’enlèvements, de piège tendu par une fausse lettre, de déguisements, de cavalcades furieuses, de combats à l’épée, en duel ou en groupe, beaucoup plus rarement avec armes à feu.

-A la fin de chaque livre un dénouement spectaculaire, avec autorité de l’autorité légitime (le roi ou l’empereur) qui joue enfin son rôle pour le rétablissement de la justice.

En voici un résumé :

LE BOSSU

Premier tome : Le Petit Parisien

Première partie : Les Maîtres en fait d’armes

Lagardère sauve l’enfant de Philippe de Nevers et jure de retrouver son meurtrier.

En 1699, dans la vallée du Louron. Le vieux marquis de Caylus, qui fut jadis courtisan à la cour de Louis XIV, vit dans son château avec sa fille Aurore qu’il destine au puissant Philippe de Gonzague, cousin de Philippe d’Orléans et de Philippe de Nevers. C’est pourtant avec ce dernier qu’Aurore s’est mariée clandestinement et a eu une fille, elle aussi prénommée Aurore. Philippe de Gonzague est l’invité du marquis depuis plusieurs jours et trame, avec l’aide de son fidèle Peyrolles, un complot contre son cousin Nevers. Décidé à l’assassiner, pour s’approprier sa femme et sa fortune, il a fait recruter une poignée de fines lames et fait porter un mot à son cousin pour l’attirer au château de Caylus. Deux anciens maîtres d’armes, Cocardasse et Passepoil, font partie de cette équipe de mercenaires et vantent, dès qu’ils apprennent le nom de celui qu’ils doivent tuer, sa botte secrète que l’on dit imparable : un seul homme pourrait en venir à bout, le chevalier Henri de Lagardère, qu’ils ont connu à Paris. Le voici d’ailleurs qui arrive, sur la route de l’exil, attendant lui aussi Nevers pour un combat singulier. Écœuré d’apprendre ce que l’on trame à son encontre, Lagardère prend le parti de prévenir son adversaire, et se voit confier Aurore et l’acte de naissance prouvant qu’elle est la fille du duc de Nevers et d’Aurore de Caylus. Lagardère et Nevers affrontent seuls, dans l’obscurité, les hommes payés pour tuer le duc. Dans sa grande lâcheté et devant l’habileté des deux hommes à repousser les attaques, Gonzague frappe son cousin de son épée, dans le dos, le laissant pour mort aux pieds de Lagardère qui jure de le venger et parvient à blesser la main de l’assassin. Alors qu’il emporte l’enfant dans ses bras, Lagardère déclare :

« Qui que tu sois, ta main gardera ma marque. Je te reconnaitrai. Et, quand il sera temps, si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! »

Deuxième partie : L’Hôtel de Nevers

En 1717, Philippe d’Orléans est Régent du Royaume de France depuis deux ans, en attendant la majorité de Louis XV et son cousin Philippe de Gonzague est devenu le troisième personnage le plus important du royaume de France. Il habite désormais dans l’hôtel de Nevers, à Paris, qu’il transforme presque intégralement en place de commerce, louant à prix d’or des emplacements pour des offices de change. Cocardasse et Passepoil, qui ne s’étaient pas revus depuis l’assassinat de Nevers, se retrouvent par hasard lors d’une énième vente aux enchères d’offices, où le dernier disponible est acheté par un bossu nommé Ésope. Bien que marié à Aurore de Nevers, Gonzague ne peut adresser la parole à celle qui vit recluse dans le souvenir de son mari et de sa fille, ni jouir des biens du défunt. C’est pour cette dernière raison qu’il convoque un conseil de famille et fait entrer celle qu’il prétend être la fille de Nevers – en réalité Dona Cruz, une Espagnole qu’il tient au secret -. Contre toute attente, Aurore de Nevers assiste au conseil et refuse de reconnaître sa prétendue fille, arguant qu’elle sait où elle se trouve. Quand Gonzague apprend que Lagardère et la fille de son cousin sont à Paris, le bossu prétend l’aider à préparer un enlèvement et parvient à se faire inviter au bal du Régent.

Troisième partie : les mémoires d’Aurore.

A Paris, près du Palais Royal, il y a une « étrange famille » : un ciseleur de poignées d’épée, toujours dehors, une cuisinière et son petit-fils : Françoise Berrichon, et une très belle jeune fille, quasiment cloîtrée : Aurore. Souvent passe un mystérieux bossu. Aurore rédige une longue lettre à sa mère, qu’elle ne connaît pas, mais que Lagardère (le ciseleur) lui a promis de retrouver. Elle raconte ses souvenirs : son périple en Espagne, avec Lagardère, avec fuite lorsqu’ils sont attaqués à Vénasque, à Pampelune, en Castille. Ils recueillent une jeune gitane (Flor), pendant quelques semaines qui, par ses dons d’hypnose, les délivre d’un guet-apens. A Madrid, où Lagardère a beaucoup de succès par son talent de ciseleur, elle croise, sans le voir le Prince de Gonzague, très proche du Régent de France, et le jeune marquis de Chaverny, à qui elle épargne la correction de Lagardère. Elle analyse ses sentiments et se révèle profondément amoureuse de cet homme qui la protège au péril de sa vie, depuis sa petite enfance. Il s’absente parfois assez longtemps, et à son retour raie des noms sur une liste de huit personnages. Seuls deux ne sont pas rayés : Gonzague et Peyrolles. En rentrant en France ils passent par le château de Caylus, qui semble profondément émouvoir Lagardère. A Paris, ils vont au cimetière St Magloire, se recueillir sur la tombe du duc Philippe de Nevers. Le bossu fait venir Flor (qui est Dona Cruz) retrouve Aurore, et, doublant Peyrolles fait conduire les deux jeunes filles au bal du régent.

Deuxième tome : Lagardère !

Première partie : au Palais Royal

Au palais royal se tient le bal du régent. Le bossu obtient du régent un sauf-conduit pour Lagardère. Lagardère a envoyé Flor (Dona Cruz) au bal. Il a habillé Aurore d’un vêtement de cour pour la conduire à sa mère au cours du bal. Auparavant il a un entretien avec la mère, qui se passe mal : elle l’accuse de retenir sa fille par profit et rejette l’aveu de leur amour mutuel. Parallèlement Aurore est enlevée par Gonzague et Lagardère comparaît devant le régent en accusé par la mère pour avoir empêché sa fille de revenir chez elle, et de vouloir l’épouser pour hériter de son immense fortune. Gonzague l’accuse en outre d’être l’assassin de Nevers. Il est convenu qu’un nouveau conseil de famille se tiendra dans 24 heures dans l’Hôtel de Nevers. Gonzague organise un guet-apens, ou Lagardère est blessé, mais s’échappe et disparaît. 

Deuxième partie : le contrat de mariage

Gonzague, dans sa maison de campagne (folie), organise un souper avec Flor qu’il veut faire passer pour Mlle de Nevers. Il garde en retrait, Aurore identifiée comme gitane, qu’il veut faire épouser à Chaverny. Le Bossu se présente comme marié de rechange. Il fait comprendre à Aurore qui il est. Elle prend l’air fasciné et accepte. Le contrat est signé. Il reste à mettre les noms des mariés : Aurore de Nevers et Henri de Lagardère.

Le bossu vient. Il parie avec Chaverny qu’il boira plus que lui sans s’effondrer. Chaverny s’enivre, et devient immariable.Le bossu se dévoile. Il est cerné mais se défend grâce à l’épée qu’il a prise à Peyrolles. La princesse, mère d’Aurore, arrive alertée par un message du bossu, transmis par Cocardasse. La lutte cesse. Aurore va avec sa mère à qui Lagardère la confie. Lui-même est emprisonné au Châtelet pour comparaître le soir devant le régent et les juges, comme il l’avait promis.

Troisième partie : Le témoignage du mort

Lagardère parvient à faire évader Cocardasse, Passepoil et Chaverny qu’il charge de faire porter un message à la mère d’Aurore (écrit avec son sang sur son mouchoir). Il est ensuite jugé par un tribunal au Châtelet et condamné, d’abord à l’amputation du poignet droit sur la tombe de sa « victime » (Philippe de Nevers), au cimetière saint Magloire, prévu vers 8 heures du soir, puis décapité à la Bastille. Aurore de Caylus a lu les « mémoires » de sa fille, est bouleversée, et accepte finalement son amour de Lagardère. A la suite du message de Lagardère, Aurore de Caylus et sa fille viennent demander au juge du Châtelet l’autorisation de venir le voir au cimetière pour un mariage entre Henri et Aurore de Nevers. Vers 5 heures se déroule à l’hôtel de Nevers (proche du cimetière) le conseil de famille, prévu la veille., en présence du Régent Malgré l’opposition de Gonzague, son épouse demande et obtient du régent que Lagardère, lors de son passage proche vers le supplice, soit présent à ce conseil qui le concerne. Il arrive, menotté, apostrophe Gonzague qu’il accuse à nouveau du meurtre de Nevers. Il lui demande de rompre les sceaux du document de l’état civil d’Aurore, fille de Nevers, en disant que Nevers, mourant a écrit au verso, avec son sang, le nom de son meurtrier. Gonzague, affolé, brûle le document, avouant ainsi son crime en public, et tente de tuer Lagardère. Il s’enfuit dans le cimetière voisin, dans la nuit. Lagardère, muni de l’épée que lui a donnée le Régent le poursuit, et avec l’approbation du régent le tue, grâce à la botte de Nevers, sur le tombeau de son ancienne victime : Philippe de Nevers. Le Régent approuve le mariage d’Aurore et de Lagardère, demandé par la mère d’Aurore, et fait Lagardère comte, disant que seul le roi, à sa majorité pourra le faire duc de Nevers.

I-LE FILS DE LAGARDÈRE

Son histoire est abordée de deux points de vue successifs : celui de Philippe, le fils de Lagardère, et celui de sa mère, Aurore de Nevers.

Le contexte est celui de la guerre de succession d’Autriche, juste après la bataille de Fontenoy, en 1745. Louis XV règne effectivement depuis 22 ans. Il a trente-cinq ans.

Le « méchant » est le vieux Peyrolles, l’âme damnée de Gonzague, que l’on croyait mort. Il va utiliser plusieurs personnages qu’il manipule comme des « instruments » selon le texte, en particulier :
-un homme d’armes allemand puissant et adroit, Mathias Knauss ;
-une jeune femme cultivée, Bathilde de Wendel, née à Bruges, en Belgique.

Philippe, enfant trouvé, arrive vers l’âge de trois ans sur les côtes normandes, dans une barque en train de sombrer, avec un anglais qui meurt aussitôt. Il est recueilli et élevé par de braves pêcheurs, puis à Paris, ou Passepoil, l’ancien compagnon de Cocardasse, vieilli et rangé, le prend en charge et lui apprend le maniement de l’épée, où il excelle très vite. Logiquement il entre dans l’armée où il devient « le sergent Belle-épée ».
Il ne comprend pas pourquoi il est harcelé, attaqué plusieurs fois par Knauss, et placé dans des situations périlleuses dont il se tire avec courage et intelligence. A l’armée il se lie d’amitié avec le vieux Cocardasse, qui, petit à petit, croit reconnaître le fils du Bossu.

Parallèlement, Aurore de Nevers est veuve de Henri comte de Lagardère, qui a été lâchement assassiné. Leur fils Philippe, tout petit, a été confié à une jeune femme, Bathilde, qui lui a paru digne de toute confiance, à tel point qu’elle l’a « couchée » sur son testament pour le tiers de sa fortune. Mais l’enfant meurt vers l’âge de trois ans.

Quinze ans plus tard, elle est prise de soupçons sur le caractère naturel de la mort de son fils. Elle revient à Paris et grâce à une sorte de détective, appelé Hélouin ou Posen, autorise l’exhumation. Le cercueil ne contient pas un corps d’enfant, mais une sorte de poupée de mastic. Elle en déduit que son fils n’est donc pas mort. Seule Bathilde peut être responsable de la disparition de l’enfant. Logiquement la mère devrait être empoisonnée pour recueillir l’héritage.

Mais Cocardasse et Hélouin ont reconnu, à la fois Philippe, « sergent belle-épée » comme Philippe de Lagardère, et le vieux Peyrolles qui rôde autour par Knauss interposé. La mère retrouve son fils après des épisodes haletants. Elle le présente au roi, qui, conformément au vœu du régent le fait duc de Lagardère-Nevers. D’ultimes tentatives de Peyrolles échouent. Il est tué par Bathilde quand elle apprend comment il a trompé et étouffé son propre père, à Bruges.

C’est alors le triomphe des Lagardère, de la mère et du fils, qui épouse Olympe, fille de Dona Flor, la meilleure amie d’Aurore, et de Chaverny.

II-LES JUMEAUX DE NEVERS

On est à la génération suivante : Philippe et Olympe ont eu deux jumeaux, Henri et Blanche.

L’histoire est plus difficile à suivre, avec imbrications de nombreuses intrigues, et plusieurs aller-retours dans le temps.

Le contexte est celui de la dernière partie du règne de Louis XV, environ vingt ans après l’histoire précédente, et du traité de Paris de 1763, par lequel le roi a donné le Canada aux Anglais, en toute indifférence.

Il n’y a pas un unique « méchant », mais une atmosphère malsaine d’un ancien régime décadent, où dominent les frasques sexuelles du roi, entretenues par ses vieilles maîtresses, en particulier Madame de Pompadour, qui veulent conserver leur pouvoir sur lui ; et le vide d’une noblesse de cour qui a perdu ses valeurs et devient méprisable, comme le duc de Fronsac.

L’histoire concerne surtout Blanche, dans un premier temps, puis son frère Henri, pour les rassembler ensuite.

Madame de Pompadour, ex-maîtresse, garde son prestige en alimentant le roi dans un roulement de jeunes filles éphémères qui viennent s’offrir au roi dans une maison de Versailles, appelée le « Parc aux Cerfs ». C’est dans ce but qu’elle fait enlever Blanche de Lagardère, dont les parents sont en voyage. Blanche ne comprend pas la situation. Le roi, déguisé, surpris par sa résistance est désemparé. Il apprend qu’elle est la fille du duc de Lagardère, entre en colère contre madame de Pompadour, qui tombe malade et meurt.

Henri, son frère, alerté par son ami Dizons, recherche sa sœur. Il finit par suivre le carrosse qui gagne le « Parc aux Cerfs », sans savoir qu’il abrite le roi. Il arrête le carrosse, mais est aussitôt accusé de crime de lèse-majesté, et conduit à la prison du Châtelet.
Ne sachant pas que son père a obtenu le pardon du roi, le prisonnier s’échappe, part au Canada toujours nostalgique de la présence française. Il rentre en France quelques années plus tard sous une fausse identité. Après diverses péripéties, il rencontre la nouvelle maîtresse officielle du roi : la comtesse du Barry. C’est le coup de foudre réciproque.

A la suite d’aventures épiques, le frère et la sœur se retrouvent avec leurs parents.  Dizons épouse Blanche. Henri rompt avec madame du Barry. Mais vingt-quatre ans plus tard, quand celle-ci monte à l’échafaud. C’est le nom d’Henri, qu’elle prononce comme son dernier souvenir le plus cher.

III-MADEMOISELLE DE LAGARDÈRE

Avec un nouveau recul de vingt ans, on aborde la Révolution.

Le contexte est la Révolution Française, à l’époque de la Terreur, avec ses vedettes, puis les Thermidoriens, auquel vient rapidement s’ajouter le général Bonaparte. Les deux parties du livre correspondent d’abord à la Terreur, jusqu’à Thermidor (27 juillet 1794), puis à la réaction royaliste et la montée en puissance de Bonaparte (jusqu’en 1800).

Les méchants sont de plusieurs natures : d’abord Robespierre et son entourage de terroristes, puis le vicomte de Bresle, envoyé des émigrés, sous divers noms.  Ce n’est pas tant son rôle politique qui est en cause, que sa relation personnelle avec Rita : Il cherche à la violer, et doit subir de sa part une humiliation méprisante qui décuple sa haine. Il deviendra plus tard, traître à son pays.

Le duc et la duchesse de Lagardère (sans doute Henri, le frère de Blanche) ont eu une fille unique : Marie, qu’on surnommera rapidement Rita

Ils ont refusé d’émigrer, mais au début de 1791, le château est brûlé par les Jacobins, le duc et la duchesse assassinés, et la jeune fille de dix à quinze ans, enlevée puis récupérée par le vieux Dizons, ami de Henri. Ils partent en Amérique. Trois ans après, en 1794 (an II), Rita veut rentrer en France. Elle achète le cirque Zinetta. Elle y tient le rôle de directrice, d’acrobate et d’épéiste, et regroupe des personnages hauts en couleur, en particulier Melle Angéline Ladoucette, énorme femme canon, à la force herculéenne, et un nain très intelligent : Tristan-le-Bref.

Rita et son cirque arrivent à Bordeaux, passent à Nantes, où elle délivre Jean de Florac, qui devient Floris dans le cirque, et tombe amoureux de Rita, sans espoir. A Paris, à cause du cirque, elle entre en relations avec Robespierre qui tombe amoureux d’elle. Mais elle veut le combattre. Tallien lui demande de venir dans une réunion d’anti-Robespierristes, où elle s’éprend du général Bonaparte, ou de celui qu’elle croit être le général, et qui est Floris, déguisé, venu la protéger. Robespierre lui déclare son amour. Elle le pousse à affronter brutalement la Convention. Ce qu’il fait le 9 thermidor. L’assemblée se retourne contre lui, et veut l’arrêter, mais avec ses partisans, il s’enferme dans l’Hôtel de Ville. Les éléphants du cirque dégagent la place, et Rita veut parlementer avec Robespierre. Florac la suit pour la défendre. Robespierre est repris et guillotiné.

Le parti royaliste devient plus fort. Les émigrés envoient un émissaire : de Bresle organise l’insurrection du 13 vendémiaire. Rita obtient de Bonaparte un cessez-le-feu honorable, mais ne la reconnaît pas. Plus tard, elle apprend le projet d’attentat à l’explosif contre le premier consul de Noël 1799. Elle oblige Cadoudal, prestigieux chef royaliste à s’en désolidariser, par un combat à l’épée dans les catacombes. Lors de l’attentat, rue St Nicaise, son coup de feu retarde suffisamment le déclenchement de la « machine infernale » pour que le carrosse du premier consul passe indemne. Peu après, attirée par de Bresle dans une ferme de Normandie, elle est sauvée par Florac et les gens du cirque. Bonaparte arrive et tout s’explique. C’est Florac, déguisé en Bonaparte qu’elle a toujours aimé. Ils se marient, et elle reçoit la Légion d’Honneur.

IV-LA PETITE FILLE DU BOSSU

Il s’agit toujours de Rita, Marie de Lagardère, qui est en réalité l’arrière-petite-fille du Bossu.

Douze ans après la fin du livre précédent, le couple, sans engagement politique est ami de Napoléon. Leur fils est appelé Henri-Napoléon. L’empereur leur a rendu les titres de duc et duchesse de Lagardère-Nevers.

Le contexte est celui de la fin de l’Empire, dans une atmosphère de déclin. Napoléon quitte le siège de Moscou en flammes pour restaurer son pouvoir menacé à Paris. Puis c’est la bataille de Waterloo, après les cent jours

Le méchant est toujours de Bresle, traître à son pays, trompeur haineux ; puis sa maîtresse Anne Marie Plovenec, collaboratrice de Fouché, et plus tard, chef de la police.

Marie, son mari et plusieurs artistes du cirque déjouent plusieurs pièges tendus par de Bresle à Napoléon, lorsqu’il rentre seul avec Caulaincourt, de Moscou à Paris.
Un peu plus tard, à Waterloo, Marie va chercher Grouchy, mais elle est bloquée par de Bresle qui est dans l’armée ennemie. La famille va assister avec tristesse au départ de Napoléon pour Sainte Hélène

Amie personnelle de Napoléon, mais bien vue par le roi Louis XVIII, Marie apprend au retour de Las Cases, en 1817, les mauvais traitements qu’inflige le gouverneur anglais, Hudson Lowe à Napoléon. Elle décide de le délivrer en utilisant une invention toute récente : le bateau à vapeur. Elle met toute sa fortune dans la construction d’un tel bateau : « l’entreprise ». Un an après, le bateau, presque terminé est incendié par de Bresle et Anne-Marie.  Le couple Lagardère, recherché par la police, part, en Angleterre, en Russie, puis à New York. Un nouveau bateau est construit. Il est terminé au début de 1821. Il arrive à Ste Hélène en 3 mois, déjoue la surveillance des frégates anglaises grâce à un petit sous-marin annexe de type Nautilus. Mais Napoléon est mourant et refuse de partir. L’équipe rentre. De Bresle tente une nouvelle fois d’enlever Marie, elle le tue grâce à une vieille épée accrochée au mur.

Mais est-ce bien fini ? De Bresle a un fils Oscar, et Marie un fils, Henri-Napoléon. Paul Féval a sûrement mis là l’amorce de volumes à suivre…

Si l’on essaie de reconstituer la chronologie, on peut estimer

que Henri, le Bossu, est né vers 1682,
-Philippe, son fils, vers 1722,
-Henri et Blanche, les jumeaux de Nevers, vers 1746,
-Marie de Lagardère (Rita), vers 1776. 

Quelle famille !

Bien sûr, heureusement que les Lagardère étaient là pour redresser quelques erreurs de la monarchie ou de l’Empire, et toujours avec une grande modestie.

Il n’y a pas d’option politique bien affirmée, sinon le patriotisme, même si lors de la Révolution, la Terreur paraît l’incarnation du mal, et le Directoire, celui de la corruption. Mais le milieu émigré ne paraît pas meilleur. Fouché dans tous les régimes qu’il traverse joue, comme il se doit le rôle du démon sournois et très intelligent.

Curieusement le dernier héros de la famille est une femme (en 1921 !) dans un rôle plutôt de type masculin. Féval était-il devenu féministe ? 

Dans le seul dernier épisode, il y a une allusion au progrès scientifique avec presque un plagiat de Jules Verne qui est mort en 1905, et a publié « vingt mille lieues sous les mers » en 1870.

Même si à chaque génération les héros sont généreux, ouverts, proches des gens du peuple, Paul Féval-fils dans le dernier roman de la série qui sera publié après sa mort : « la jeunesse du Bossu » se sent obligé d’en faire un noble des Hautes Pyrénées, qui a épousé une princesse italienne de grande famille. Pourtant son père Paul Féval, au début du Bossu, en fait un enfant des rues de Paris, sans parent, sans doute un enfant trouvé qui sera anobli à cause de ses prouesses dans l’armée.

Mais d’autres hypothèses sont possibles : on peut en suggérer de plus vraisemblables.

   

Films

  • 1913 Le Bossu (André Heuzé)
  • 1925 Le Bossu (Jean et H.Kemm)
  • 1934 Le Bossu (R.Sti)
  • 1944 Le Bossu (Jean Delannoy)
  • 1952 Le Fils de Lagardère (F.Cerchio)
  • 1955 Le serment de Lagardère (L.K.)
  • 1959 Le Bossu (André Hunebelle)
  • 1967 Lagardère, Le Bossu (2 épis.) (JP Decourt)
  • 1998 Le Bossu (Philippe de Broca)
1925
1934
1944
1959
1967
1998

Paul Féval s’est-il inspiré de l’Histoire ?

Il n’y en a pas d’indice.

Pourquoi, en 1857, Paul Féval a -t-il choisi ce nom, qui ne peut pas provenir de sa Bretagne natale… mais il situe l’intrigue dès les premières lignes au coeur pyrénéen de la Gascogne, dans la vallée du Louron et les impressionnantes gorges de Clarabide (Hautes Pyrénées). Le « château de Caylus-Tarrides », dans cette vallée, serait une transposition du château de Génos (en ruines), dans la même vallée.

Henri de Lagardère est probablement un Gascon car le patronyme est bien lié au Sud-Ouest, même si le livre reste très évasif sur son origine. Dans « le Bossu », il est d’abord appelé « le petit parisien », avant même que l’on connaisse son nom : le chevalier de Lagardère qui, comme son surnom l’indique, vit dans la capitale.

En 1934, Paul Féval fils, dans « la jeunesse du Bossu », en fait le fils d’un modeste seigneur du Lavedan (sud des Hautes Pyrénées), et de la fille du duc de Gonzague-Guastalla.

Pourtant, à partir de l’histoire authentique, on peut évoquer une réponse possible à la question :

Il faut revenir au tout début du XVIII ème siècle, vers l’année 1700. 
La guerre de succession d’Espagne va commencer avec une série de revers des troupes françaises sur fond de vieillesse du roi Louis XIV, et de pauvreté des campagnes. L’arrivée du maïs, venu d’Amérique sous le nom de millet d’Espagne (milloc) ou de blé de Turquie (Turquet) n’a pas vraiment réussi : il faudra attendre le XIXème siècle pour que le maïs prenne ici toute sa place. Le rendement des céréales est médiocre : 5 pour un, en moyenne. Le meilleur rendement est celui du vin et des eaux de vie, mais il faudra attendre la guerre d’indépendance américaine au dernier quart du XVIII ème siècle pour assister à un véritable « boum » des exportations d’armagnac aux tout nouveaux États Unis grâce au boycott des eaux de vie anglaises…Les impôts ont régulièrement augmenté depuis un siècle, pour permettre les guerres quasi permanentes de Louis XIV contre une grande partie de l’Europe, et la dîme, l’impôt de l’Église dépasse parfois les dix pour cent…

Dans ce contexte difficile, les fêtes prennent une place considérable, et c’est le rôle des grands seigneurs d’en faire profiter les « petits » de leurs domaines. Le seigneur de Lagardère, depuis 1621, est Thomas de Maniban, dont la famille originaire de la région de Cazaubon, en Armagnac,  au nord-ouest du département actuel du Gers. Les Maniban sont devenus marquis et « grands seigneurs » à Toulouse et au delà.

Après Thomas, il y a eu un premier Jean-Guy, avocat général au parlement de Toulouse, puis un second Jean-Guy, président à mortier (dont la toque à la forme d’un mortier). Maintenant il y a Jean-Gaspard, le fils de ce Jean-Guy. Il a vingt ans, il va succéder à son vieux père, mais tranche déjà par son intelligence et son ambition. 

Un événement majeur qui consacre et renforce la renommée des Maniban, est le mariage à Paris, le 20 février 1707 de Jean-Gaspard avec Jeanne-Christine de Lamoignon, qui a, elle aussi vingt ans.

h^tel de Lamoignon, à Paris

Les Lamoignon sont de hauts représentants de la noblesse de robe parisienne depuis plusieurs générations.  Le père de Jeanne Christine, Chrétien-François, est président à mortier au parlement de Paris et depuis peu président de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres; son oncle, Nicolas, conseiller d’état , est intendant du Languedoc à Toulouse et à Montpellier ; son frère Guillaume, va devenir Chancelier de France  au gouvernement du roi Louis XV ; son neveu, Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, sera ministre et secrétaire d’état, partisan des Lumières, mais défenseur du roi Louis XVI lors de son procès politique, et guillotiné en 1794. Il a son boulevard à Paris,  dans le 8ème arrondissement.

L’hôtel de Lamoignon , à Paris, est un magnifique hôtel Renaissance, rue pavée, près de la rue Saint Antoine, devenue maintenant musée de l’Histoire de la Ville de Paris.

voilà ce qu’on a pu raconter :

« C’est donc à Paris qu’arrive, à la fin de 1706, Jean-Gaspard de Maniban. 

Jean-Garpard de Maniban

Il a grand train, de nombreux proches et serviteurs divers…Il est évident que se trouvent parmi eux des gens de ses domaines gascons : valets, palefreniers, gestionnaires divers, maîtres d’hôtel, peut-être un cuisinier de Lagardère (car on y mange déjà très bien !) avec son fils, jeune marmiton d’à peine dix ans….

Tout ce beau monde va s’installer dans l’hôtel de Lamoignon, ou ses dépendances, à Paris, dans le quartier du Marais.

Jeanne-Christine de Lamoignon

Les préparatifs durent quelques semaines. Le petit marmiton aide son père, mais explore aussi le quartier du Marais mêlant grands hôtels aristocratiques et milieux sordides. Il est fasciné par les jeux d’épée et rencontre un maître d’armes du pays, avec qui il peut parler gascon et apprendre le français. On le connaîtra sous le nom de Cocardasse. Il se prend d’affection pour ce gamin déluré et lui apprend le maniement des armes.

Peut-être, cet enfant, rôdant dans ce Paris grouillant a-t-il recueilli les nouvelles qui circulent : le vieux duc de Nevers va mourir dans cette année 1707, et son fils, nouveau duc, s’appelle Philippe de Nevers. Il a déjà quarante ans, va bientôt épouser Mariana Spinola, de haute noblesse italienne, et a la réputation d’un grand seigneur riche et généreux. 

Mais la fameuse « botte de Nevers », avant d’indiquer une passe d’escrime, est alors, pour tout un chacun un autre nom de la péninsule italienne en forme de botte, car Philippe de Nevers est de la famille Mancini, d’origine romaine, descendant du neveu du cardinal Mazarin, ministre, parrain et modèle de gouvernement pour le jeune Louis XIV. Mazarin avait donné le duché de Nevers à son neveu, après l’avoir acheté en 1659 au duc Charles de Gonzague, duc de Nevers et de Rethel en France, mais aussi de Mantoue et de Montferrat en Italie du nord.

Le marmiton, qui s’appelle Henri, bien sûr, revient à Lagardère avec son père après les fêtes à Paris. Il a été ébloui, il en parle tellement qu’on l’appelle ici, en se moquant gentiment de lui : le « petit Parisien ».

Huit ans après, lorsque son père lui demande de revenir avec lui à Paris accompagner le Président de Maniban en 1715, pour la naissance de sa deuxième fille Marie–Christine, à l’hôtel de Lamoignon, il saute sur l’occasion. Il a seize ans. Le roi vient de mourir après un très long règne. Le duc d’Orléans, régent de France, inaugure une période nouvelle, ou les mœurs se libèrent et les idées bouillonnent.

Cocardasse et Henri de Lagardère

Henri retrouve Cocardasse, qui a un peu vieilli et s’est associé à un normand Passepoil. Il va perfectionner son art de l’escrime et de l’épée, voulant lui aussi devenir maître d’armes. Comment l’appeler dans cette nouvelle association ? Henri Ardit, de son vrai nom ? ça ne dit rien. L’habitude est de nommer les nouveaux venus par leur lieu d’origine : Il devient donc Henri de Lagardère, mais n’est pas encore « Le Bossu », mais il est déjà un maître dans son art de l’épée et construit sa vie à Paris…

Bientôt, en 1720, ce sera l’essai et l’échec retentissant du système Law’s, ou les billets de banque devaient remplacer les écus…Quelle idée bizarre ! Il y aura des faillites dramatiques et des enrichissements suspects, des scandales qui remuent l’opinion.

Mais Henri de Lagardère a encore beaucoup d’aventures à vivre.

Reviendra-t-il au village, à côté du château ? On n’en a pas trace, mais il y a tant de documents détruits ou perdus dans les troubles révolutionnaires…

On peut simplement dire que sa légende demeure, renforcée par l’interprétation d’un breton de Rennes, appelé Paul Féval, en 1857, et que c’est un peu (ou beaucoup) par lui que le nom de Lagardère, son village avec son château, sont mieux connus et admirés. »

Seigneurs de LAGARDERE (1578-1791)

Pendant 3 siècles (1270-1578), les seigneurs de Lagardère ont été des personnages de l’Eglise : abbé, puis évêque de Condom, puis son chapitre. Comme dans d’autres châteaux dépendant de l’archevêque d’Auch (Lamaguère), on peut penser que le château était confié à un capitaine qui a pu s’intituler « seigneur de Lagardère », à la tête de sa garnison. Mais il y a eu également des « seigneurs de Lagardère » dans le petit village (aujourd’hui disparu, sans reste ni souvenir de château) de Lagardère-Saint Mont, fondu actuellement dans la commune de Labarthète (près de Riscle, à l’extrême ouest du département du Gers).

En 1578, le château de Lagardère passe à des nobles seigneurs laïcs, jusqu’à sa vente en 1791 à un riche habitant du village.

Lire la suite

Livre d’or

Les anciens commentaires :

Clemson de Insdigbord a écrit le 11-02-2015 à 11:07 :

Bonjour,

Je voulais vous souhaiter bonne chance ou vous laissant un petit message sur votre livre d’or.

Cordialement
Clemson

Raymond Oesknar de Insdigbord a écrit le 29-12-2014 à 21:18

Bonjour et bon courage dans ce projet de restauration .
Cordialement

alejandro de malaga a écrit le 23-01-2013 à 19:07

le chateau est en mauvais ètat maisen rèalité dans le fond il est très magnifique

 

Hugo Lagarère de malaga espagne a écrit le 22-01-2013 à 19:32

ce site me sert meme pour l´ecole VIVE LES LAGARDERE

PASCAL ROBLIQUE de BASCOUS (GERS) a écrit le 06-06-2011 à 08:59

Bonjour,
Aujourd’hui nous sommes tristes, un grand homme nous a quitté. C’était quelqu’un d’une très grande gentillesse qui laissera dans mon esprit le souvenir d’une personne avec un grand coeur qui aura donné toute sa passion pour notre association. Au revoir très cher JJ et soit en paix tout là haut où tu pourra surveiller le château . Je serais présent pour t’accompagner à LAGARDERE et chaque fois que j’y viendrai je ne manquerai pas de venir te voir.
Pascal

ROBLIQUE-THEBAULT de BASCOUS 32190 a écrit le 21-05-2009 à 18:17

Bien le bonjours très chers cousins. J’ai le grand plaisir de vous annoncer la naissance de ma patite fille Sarah qui viend agrandir notre grande famille. Par contre , me obligations proffessionnelles ne me permettrons pas d’être avec vous le 6 juin à mon grand regret. Mais appellez moi si un jour vous faites de l’entretien autour du château . A très bientôt.
Pascal

Leblanc Sylvie de Salies de Béarn 64270 a écrit le 13-09-2008 à 09:00

Félicitations pour votre initiative et votre courage a restaurer un tel monument
Très beau site
Bravo

GARNIER de Muret – 31 a écrit le 19-08-2008 à 11:57

Félicitations pour ce site attractif et très bien conceptualisé.
Excellente initiative pour J.J. Lagardère d’avoir cherché à réunir les descendants de cette illustre famille pour une bonne cause
Ayant passé moi-même une grande partie de mon enfance dans un château, je ne peux résister à une bien légitime attirance pour tout ce qui est ancien et beau avec des connotations historiques précises, telles que votre site le mentionne
Bonne continuation dans les travaux de restauration
AG.

FERRY Geneviève de 34300 agde a écrit le 18-08-2008 à 17:24

Bonjour, je viens de découvrir un site fort intéresant, fort bien renseigné : le vôtre ! Moi qui aime tant les vieilles pierres….qques minutes m’ont suffit pour être convaincue … et qui sait … une adhérente en devenir.