Archives de l’auteur Lagardère

Les chemins de Saint Jacques

Dès l’époque de Charlemagne (neuvième siècle), le pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle, à l’extrême nord ouest de l’Espagne, s’organise et prend de l’ampleur. C’est, avec Rome, le plus important pèlerinage vers un centre européen, dont l’intérêt ne s’est jamais démenti.
Progressivement, sous l’impulsion, au départ de l’ordre bénédictin de Cluny, des itinéraires balisés sont conseillés aux pélerins, avec des haltes (hôpitaux) prévues pour eux, et des postes de soins (infirmeries) en cas d’accident ou de maladie.

Quatre voies conduisent à St Jacques » écrit le Guide du Pèlerin d’Aimery Picaud en 1130.Deux d’entre elles traversent le Gers :

  • la « voie de Provence », venant d’Arles, et de St Gilles, passe par Toulouse, Auch, Barran, L’Isle de Noé, Montesquiou, Maubourguet…
  • la « voie du Puy » part du centre de rassemblement du Puy en Velay, et après Conques, Cahors et Moissac, entre en Gascogne, atteint Lectoure, ville épiscopale, Marsolan, Abrin, Castelnau dur Auvignon, Condom, ville abbatiale puis épiscopale (en 1317).

De Condom, vers l’ouest, entre D15 et D277, elle traverse l’Osse au pont d’Artigue, continue par Montréal, Lamothe, Eauze, Manciet et Nogaro. Autour de cette voie principale, d’autres itinéraires secondaires étaient prévus :

  • la « Peyrigne », nord-sud, du gué de la Garonne à Lécussan ou Boé, jusqu’à Abrin, en passant par La Romieu ;
  • un passage de Condom à Eauze par Mouchan et Gondrin
  • un passage de Lectoure à Nogaro par « la carrere roumiue » : St Puy, Castéra-Verduzan, Vic-Fezensac, Lupiac.
  • une autre voie nord-sud utilisait la Ténarèse (ligne de partage des eaux entre le bassin de l’Adour et celui de la Garonne : donc sans rivière à traverser) par Ste Maure (Lot et Garonne) Lannepax, Lupiac, Miélan.

Lagardère se trouve ainsi enserré dans un réseau (voie du Puy, carrere roumiue, Ténarèse) de chemins de St Jacques. On peut penser que les pèlerins l’ont vu, sur sa hauteur, abordé, longé. Les pèlerins d’aujourd’hui avec leur curiosité pour les abords du chemin y viendront facilement. Et, depuis Lagardère, les étapes jacquaires sont proches : 

En allant vers Compostelle :

ABRIN l’hôpital en 1271 avait 69 couettes, 42 couvertures et 11 draps. Il subsiste la chapelle avec une belle porte romane et un enfeu (tombeau inclus dans le mur).

CONDOM : La vieille abbaye St Pierre de l’ordre de Cluny accueillait les pèlerins. Elle fut relayée ensuite par plusieurs hôpitaux : Notre Dame du Pradau, St Jacques de Teste, St Jacques de la Bouquerie, Notre Dame du bout du pont des carmes, l’hôpital Berenjou de Barbet.

L’église St Jacques de la Bouquerie a été restaurée en 1770 après une crue catastrophique de la Baïse. Elle conserve, au chevet, des restes de l’hôpital et la porte « du vœu de la peste »;

L’église Notre Dame du Pradau date de 1212. Elle est le seul reste, très remanié, de l’ancien hôpital. L’église St Barthélémy du Pradau, en vis à vis de l’hôpital, a une belle porte romane dite des « capots ». Elle est devenue musée d’art sacré.

La cathédrale St Pierre date du XVI° siècle, par transformation de l’ancienne église abbatiale. La ville est devenue évêché en 1317. C’est une église-forteresse dont l’intérieur, gothique tardif, a été plusieurs fois remanié au XVII°, avec un cloître gothique restauré au XIX° siècle.

Le PONT d’ARTIGUE était au XIII° siècle sous la responsabilité de l’ordre espagnol de Santiago qui installa tout à côté sa commanderie, aujourd’hui disparue. C’est un pont roman à cinq arches inégales, probablement construit avant le XIII° siècle.

BRETAGNE d’ARMAGNAC, bastide (appelée auparavant Villecomtal) avait un hôpital, dit de Cauffey.

LA ROMIEU, sur la Peyrigne, fut fondée autour de l’ermitage d’un pèlerin allemand : Albert vers 1080. Au XIV° siècle, le cardinal Arnaud d’Aux, y édifia la collégiale St Pierre, avec une nef unique de quatre travées, un chœur pentagonal et un cloître gothique remarquable. A côté, se trouve la tour carrée, ancien palais du cardinal.

MOUCHAN a une église romane à trois absides avectransept et nef dans le prolongement du chœur. La voûte est moderne et la porte romane au nord, a été murée. Curieusement, à la place de l’absidiole sud s’élève un bâtiment allongé avec arcades doubles au rez-de-chaussée, plus tard surélevée en clocher, témoignant d’une construction fortifiée, plus ancienne que l’église et que l’on a ensuite harmonisée avec elle. Sans doute s’agit-il d’une modeste chapelle plus ancienne (XI° siècle) qui, à cause de la vénération dont elle était entourée, a été conservée et intégrée dans l’église du XII°.

Du Puy à St jacques de Compostelle :

Les autres châteaux

Grands ou petits, les châteaux sont nombreux dans la région du sud du Lot et Garonne et du nord du Gers. Quand on se trouve dans le village de LAGARDERE, il suffit de se promener à pied ou à vélo (2 à 6 kms) si l’on ne craint pas les montées et les descentes … pour déjà découvrir de quoi s’émerveiller :

  • à 2,6 kms : vers l’est, après avoir atteint la D112, par « la fontaine des Jardins », on décroche à gauche de 200m pour prendre, à droite, la route (VO) de Pardeillan-Beaucaire. On arrive à PARDEILLAN. C’est là que s’est implantée la famille de Pardeilhan dans un lieu appelé alors Betbèze (Bellevue) car il domine la région vers le nord. Il reste d’imposantes ruines du XIV° et du XVI° siècles : un vaste quadrilatère, encadré d’épaisses murailles en grand appareil, en partie ravalées, qui constitue l’enceinte du château de la puissante famille des Pardaillan. Une porte gothique défendue par une cour carrée y donne accès. A l’angle s’élève une tour circulaire du XVI° coiffée d’un toit de tuiles.
    A l’intérieur des murs, le terrain, jadis occupé par des constructions est transformé en pelouse. L’ensemble laisse une impression de grandeur et de puissance. L’importante baronnie de Pardeillan franchissait la Baïse à l’est, mais n’a jamais inclus la terre de Lagardère.
  • à 3 kms, vers l’ouest, par la route D158, après la chapelle St Laurent, on arrive au village de ROQUES, avec ses 135 habitants, perché à 210 m, sur un ancien oppidum antique qui domine le cours de l’Osse. Il reste des vestiges d’anciens remparts et quelques belles maisons du XVIII° siècle dans un site spectaculaire d’où l’on domine la région.
  • à 4,3 kms, vers le sud, en prenant la route D112, puis la quatrième route à droite à partir du carrefour D112-D158, on arrive à JUSTIAN, petit village de 100 habitants dans la vallée de l’Osse. Il reste, du château des comtes d’Armagnac, un donjon carré du XIV° siècle de quatre étages abritant un moulin avec sa porte ogivale et ses archères. C’était le château comtal situé le plus au nord du Fezensac-Armagnac, et l’on peut imaginer, dans l’ancienne église romane (dont les vestiges se trouvent à 2 Kms de l’église actuelle) l’importante réunion de la noblesse de Fezensac du 7 janvier 1285. Géraud V (qui ordonna la construction de Lagardère) avait réussi à temporiser…Juste après sa mort, son fils Bernard VI doit y confirmer les « coutumes » des nobles du comté de Fezensac, c’est à dire leurs privilèges…
  • à 5,3 kms, vers le nord, par la même route, mais en tournant à droite, et non à gauche, au dernier carrefour, pour tourner encore à droite au bout d’un kilomètre et parvenir ainsi au village, on arrive au château de MANSANCOME (ou Mansencome), fondé au XIII°-XIV° siècle par les seigneurs de Lasseran : la famille dont est issu Blaise de Montluc, l’homme d’armes des guerres de religion.
    Le château a été remanié au XVII° siècle et a pour base un quadrilatère, de deux étages, flanqué de tours carrées près des angles NO et SE avec des portes gothiques permettant par des escaliers extérieurs d’accéder aux étages. On y reconnaît des archères en « croix pattée ». Sa silhouette évoque ce qu’à du être le château de Lagardère avant son abandon.

Assemblée générale 2016

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 14 Août 2016

Le 14 Août s’est déroulée à Lagardère, dans la salle des fêtes,  notre assemblée générale annuelle qui a réuni une trentaine  de  participants, sous la présidence de Claude. La veille avait eu lieu, chez Claude à Pléhaut, un conseil d’administration sur les mêmes sujets. L’assemblée générale commence à 11h 30.

Lire la suite

Assemblée Générale 2010

L’assemblée générale annuelle s’est tenue le dimanche 8 août 2010 à 11h à Lagardère dans la salle des fêtes, en présence de 45 adhérents, sous a présidence de Claude Lagardère, en l’absence de Jean-Jacques –Edouard, souffrant et excusé.. Le président et les membres du bureau possédaient 15 pouvoirs. L’assemblée a pu valablement délibérer.

Lire la suite

Assemblée Générale 2009

L’assemblée générale s’est tenue le dimanche 9 août 2009 à 11h 30 à Lagardère dans la salle des fêtes, en présence de 62 adhérents. Le président et les membres du bureau possédaient 2 pouvoirs. L’assemblée pouvait valablement délibérer.

Lire la suite

Assemblée Générale 2008

L’Assemblée Générale du 10 Août 2008 s’est déroulée dans la nouvelle salle des fêtes du village de Lagardère, en présence de 51 adhérents, et compte tenu des 25 pouvoirs reçus, l’assemblée a pu valablement délibérer avec l’ordre du jour prévu sur la convocation. Elle avait été précédée, la veille chez Claude à Pléhaut, d’un Conseil d’Administration sur les mêmes sujets.

Lire la suite

Assemblée Générale 2007

Compte rendu de l’assemblée générale du 12 août 2007

L’Assemblée Générale du 12 Août 2007 s’est déroulée dans la nouvelle salle des fêtes du village de Lagardère en présence de 51 adhérents, et compte tenu des 20 pouvoirs reçus, l’assemblée a pu valablement délibérer avec l’ordre du jour prévu sur la convocation. Elle avait été précédée la veille à l’auberge de Thoumieu, d’un conseil d’administration sur les mêmes sujets.

Lire la suite

Assemblée Générale 2006

Compte rendu de l’assemblée générale du 13 août 2006

L’Assemblée Générale du 13 Août 2006 s’est déroulée pour la première fois dans la nouvelle salle des fêtes du village de Lagardère en présence de 54 adhérents, et compte tenu des pouvoirs reçus, l’assemblée a pu valablement délibérer avec l’ordre du jour prévu sur la convocation.
En début de séance, l’assemblée a rendu un hommage reconnaissant à Francis, disparu le 10 février 2006, et qui a été pratiquement depuis les débuts, un acteur majeur de l’association (cf. bulletin d’été).
Ont été ensuite évoqués les faits marquants de l’année qui vient de s’écouler.

Lire la suite

Assemblée Générale de 2005

Compte rendu de l’assemblée générale du 14 août 2005

L’assemblée Générale du 14 août 2005 s’est tenue à Toumieu, comme d’habitude en présence de 50 adhérents, et compte tenu des pouvoirs reçus, l’assemblée a pu valablement délibérer avec l’ordre du jour prévu sur la convocation.

Lire la suite

Assemblée Générale de 2004

Compte rendu de l’assemblée générale du 8 août 2004

L’Assemblée générale du 8 août 2004 s’est tenue à Toumieu en présence de 68 adhérents, et compte tenu des pouvoirs reçus, l’assemblée a pu valablement délibérer avec l’ordre du jour prévu sur la convocation.

Lire la suite